Du grand au petit écran : « En eaux troubles », divertissant dans sa nullité

Imprimer

IMG_0753.jpg« Nanar est, dans le langage familier, un film tellement mal réalisé et ridicule qu’il en devient amusant et comique. Le nanar diffère du navet par son aptitude à divertir. » Ne soyons pas trop injuste, « En eaux troubles » n’est pas si mal réalisé que cela et les effets spéciaux corrects, mais c’est le moins que l’on puisse attendre d’une super production qui a coûté 150 millions de dollars !

« En eaux troubles » se résume en quelques mots : un Megalodon, un requin préhistorique de 23 mètres, qui ne demandait rien à personne jusqu’à ce qu’une mission sous-marine exploratoire vienne le chatouiller, refait surface, c’est le cas de le dire, et sème la terreur dans les eaux du Pacifique.

A partir de ce synopsis on ne peut plus simple, « En eaux troubles » aligne un à un tous les clichés possibles et imaginables inhérents à ce genre de film catastrophe : personnage principal mis au ban de la société et devenu alcoolique transformé en moins de deux secondes en héros, sacrifice des uns pour sauver les autres, idylle amoureuse entre le héros et la belle, méchant milliardaire qui va finir par le payer, le Noir qui ne sait pas nager, un enfant et un chien pour lesquels on est censé trembler à l’approche du grand méchant requin, adieu déchirant d’un père à sa fille juste avant de mourir et j’en passe et des pires.

Le tout est « agrémenté » de dialogues d’une telle pauvreté que ça en est franchement risible. En plus, le Megalodon ne fait même pas peur. Bref ! Une vraie…catastrophe. A tel point que ça en devient mégaridiculement drôle et qu’on applaudit de bon cœur aux exploits invraisemblables du héros. En résumé, un film divertissant dans sa nullité.

Inédit. 1 étoile. « En eaux troubles ». RTS 1, samedi 9 mai, 22h00.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

Lien permanent Catégories : Télévision 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.