« Militant infatigable » (4/4)

Imprimer

IMG_1099.jpgDernière partie de mon interview par Muriel Waeger, directrice romande de Pink Cross, publiée dans l’édition de juin 2020 du « Pink Mail », journal de l’association Pink Cross qui paraît 4 fois par an et se définit comme « magazine politique LGBT ». (1)

Tu es membre d’honneur de Lestime (association lesbienne et féministe de Genève). Comment cela se fait-il ? Pourquoi les thématiques féministes te tiennent-elles à cœur ?

Quand j’ai commencé à militer au sein de la communauté LGBT au début des années 2000, j’ai été surpris de constater qu’il y avait une certaine méfiance entre les gays et les lesbiennes. Je n’étais à cette époque guère au courant des luttes féministes. De plus, je pratiquais un métier « féminin » : j’étais le seul homme de ma volée sur 34 à avoir choisi d’enseigner aux enfants de 4 à 8 ans. C’était donc une évidence pour moi de militer avec des femmes et de tirer à la même corde pour obtenir l’égalité des droits pour toutes et tous. Aujourd’hui encore dans notre société qui a de la peine à se défaire de tous ces siècles de patriarcat, les femmes doivent se battre pour avoir les mêmes droits que les hommes. Il y a donc une convergence certaine entre les luttes féministes et les revendications de la communauté LGBTI+. L’organisation de la Pride 2004 a été très fédératrice pour rapprocher les lesbiennes et les gays. Cet élan a été poursuivi lors de la campagne pour le partenariat en 2005 et a finalement débouché sur la création de la Fédération genevoise des associations LGBT en 2008. En tant que conseiller municipal de la Ville de Genève, je me suis aussi battu, avec d’autres bien sûr, pour les subventions aux associations LGBT genevoises. Bref ! Tous ces éléments ont fait qu’il y a trois ans, Lestime m’a accordé, nous ne sommes que trois hommes dans ce cas, le statut de membre d’honneur de l’association dont je suis très fier !

Tu as donc été enseignant, puis directeur d’école. Est-ce que tu penses que les écoles font un meilleur travail de sensibilisation aujourd’hui que quand tu étais enfant ?

Je connais bien la situation à Genève. Il est évident que depuis une dizaine d’années, grâce à un partenariat entre l’Etat de Genève et la Fédération genevoise des associations LGBT, la sensibilisation aux questions LGBT dans les écoles a fait un pas de géant, puisqu’auparavant il n’y avait rien, ou presque. Malgré ces indéniables progrès, cette sensibilisation est encore trop tributaire du bon vouloir des directions d’école, certaines étant frileuses à l’idée d’aborder la question de l’homosexualité et de la transidentité.

Que faut-il encore changer dans l’enseignement pour que les personnes LGBTI+ puissent avoir une adolescence comme les autres ?

Il faut que les directions d’établissement et le personnel enseignant soient formés sur les questions LGBTI+ et qu’elles aient une place obligatoire dans les programmes d’enseignement. Pour lutter contre les discriminations quelles qu’elles soient, l’éducation est primordiale !

Qu’est-ce qui doit encore changer en Suisse pour que tu puisses arrêter de lutter pour les causes LGBTI+ ?

Le grand changement que j’attends avec impatience est l’introduction du mariage civil égalitaire pour toutes et tous. Non pas parce que je suis un fan du mariage, mais parce que ce serait symboliquement très fort pour l’égalité des droits pour toutes et tous en Suisse. Une fois cette étape passée, il est probable que je lève un peu le pied. Mais je pense toutefois que tant que j’en aurai l’énergie, je continuerai à lutter pour les causes LGBTI+, qui vont bien au-delà du mariage, d’une manière ou d’une autre. Militant un jour, militant toujours (rires) !

(1) Pour les trois premières parties, c’est ici :

https://independance.blog.tdg.ch/archive/2020/06/14/militant-infatigable-1-4-307019.html

https://independance.blog.tdg.ch/archive/2020/06/21/militant-infatigable-2-4-307152.html

https://independance.blog.tdg.ch/archive/2020/06/27/militant-infatigable-3-4-307266.html

 

Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.