La cohésion sociale, une priorité

Imprimer

Mon intervention dans la cadre du vote du budget 2021 sur la politique concernant la Cohésion sociale.


59E7C378-081B-461D-9550-BD72F3DF947E.pngMesdames les députées, Messieurs les députés,

Dans la période de crise que nous traversons, la cohésion sociale est essentielle pour ne pas laisser sur le bord de la route les plus précarisés de notre société.

A ce titre, la volonté du Conseil d’Etat de poursuivre en 2021 sa lutte contre la précarité est à saluer, quand bien même elle apparaît comme une évidence compte tenu de la crise sanitaire que nous traversons. Cette dernière a mis et continue de mettre en lumière une réalité qui n’est pas nouvelle, mais qui était plus ou moins cachée avant la crise COVID.

Droits au logement, à l’alimentation, à la santé et à la formation, pour ne parler que de ceux qui sont concernés à différents titres par le département de la Cohésion sociale, sont des droits fondamentaux.

Pour ne pas y toucher, et compte tenu de la situation économiques et sociale difficile dans laquelle notre canton se trouve, personne ne sera étonné, notamment, de l’augmentation conséquente de la subvention à l’Hospice générale, plus de 38 millions, aux bourses et prêts d’études, près de 17 millions, ou encore des subsides d’assurances maladie à hauteur de pratiquement 35 millions. Des sommes, certes, impressionnantes, mais qui sont indispensables pour lutter contre l’exclusion.

Mais le budget de la Cohésion sociale, c’est aussi des sommes moins spectaculaires, mais tout aussi importantes à des associations qui par leur action contribuent à venir en aide et à soutenir des personnes en difficulté.

C’est ainsi que les Verts saluent la pérennisation de la subvention au Refuge Genève, lieu d’accueil pour les jeunes gays, lesbiennes, bisexuel.le.s et transgenres qui en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre sont en difficulté à l’école, dans la société ou au sein de leur famille, certains de ces jeunes se retrouvant même parfois mis carrément à la rue par leurs parents.

Compte tenu de ce qui précède, les Verts refuseront bien évidemment l’amendement de l’UDC visant à diviser par deux la subvention au Refuge Genève, mais aussi ceux adoptant le même principe pour Camarada, l’Université populaire albanaise, Maison Kultura, la Coordination genevoise Ecoute contre le racisme et le Centre de contact suisse-immigrés.

Justifier la diminution de la subvention à des associations qui ont, notamment, pour but de venir en aide à des personnes victimes de racisme, d’homophobie, de transphobie et de xénophobie, sous prétexte qu’elles sont également soutenues par la Ville Genève, ne trompera bien évidemment personne sur les véritables intentions de l’UDC.

En conclusion, les Verts voteront bien évidemment cette politique publique.

Lien permanent Catégories : Grand Conseil 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.