Du grand au petit écran: un film d'une brûlante actualité, du romanesque et du suspense

Imprimer

Grâce à Dieu.jpgComme la Commission Sauvé l’a encore montré dans les conclusions de son rapport publié le 5 octobre dernier, la pédocriminalité au sein de l'Eglise catholique de France est d'une ampleur gigantesque. « Grâce à Dieu » s’attaque à ce fléau du silence qui a fait et fait encore tant de mal aux victimes des prêtres pédophiles. Pour le dénoncer, François Ozon a choisi de prendre le point de vue des victimes en se plaçant résolument du côté humain et non judiciaire ou religieux. Il voulait d’ailleurs à l’origine réaliser un documentaire. 

Pour atteindre son objectif, le réalisateur a construit son film autour de trois personnages principaux victimes du père Preynat et aux personnalités et aux parcours de vie très différents. Ils vont chacun à leur manière briser le silence, puis unir leurs forces pour libérer la parole en créant l’association « La Parole libérée ». Ils vont également attaquer l’Eglise pour qu’elle reconnaisse qu’elle a caché ce scandale pendant des décennies. 

Les regards croisés de ces trois hommes, auxquels s’ajoutent ceux d’autres victimes, mais aussi de leur famille, sont le point fort de « Grâce à Dieu ». Chacun joue sa partition à la perfection et donne à l’ensemble une grande cohérence et beaucoup d’émotions sans jamais tomber dans le pathos ou la démonstration, à l’image des flashbacks où tout est suggéré sans pour autant édulcorer le côté insoutenable de l’abus. 

Pour arriver à une telle réussite, il fallait une mise en scène d’une grande maîtrise et des actrices et des acteurs à la hauteur. Toute la distribution, sans exception, mérite des éloges, à commencer bien évidemment par les rôles principaux joués par Melvil Poupaud, Denis Menochet et Swann Arlaud. Mais on n’oubliera pas de mentionner également Bernard Verley, épatant dans le difficile rôle du Père Preynat, ou encore Josiane Balasko et Hélène Vincent, excellentes dans leur rôle de mère d’une victime. Un film en état de grâce.    

Inédit. 5 étoiles. « Grâce à Dieu ».  France 2, lundi 18 octobre, 21h05.

La Belle Epoque.jpgAntoine est un entrepreneur d’un genre particulier : il offre la possibilité à chacun de ses clients de se replonger dans le passé. Pour y parvenir, il reconstitue avec son équipe (habilleurs, décorateurs, machinistes, assistants, comédiens) des décors de cinéma dans lesquels ses clients vont pouvoir se projeter dans une époque qu’ils auraient voulu vivre ou revivre. C’est ce qui va arriver à Victor. Sexagénaire désabusé, au chômage et aux relations conflictuelles avec son épouse, il va être projeté dans les années 70 où il va revivre la première rencontre avec celle qui deviendra sa femme jouée par une comédienne qui ne va pas le laisser indifférent.

« La Belle Epoque » mélange avec bonheur réalité et fiction. C’est le plus souvent ludique et par moment carrément jouissif. On a en effet beaucoup de plaisir à suivre Victor dans son retour vers le passé et de partager avec lui des moments à la fois empreints d’une grande nostalgie, mais également source d’un nouveau départ. Si le film fonctionne très bien, malgré quelques scènes un peu répétitives, il le doit à son originalité, à son inventivité, à une réalisation fluide qui ne perd jamais le spectateur en route, à d’excellents dialogues et à la très grande qualité de ses interprètes. 

C’est ainsi que Daniel Auteuil est formidable. Le reste de la distribution est à la hauteur, à commencer par Fanny Ardent qui a toujours la grande classe et Pierre Arditi qui est génialement facétieux. Un film tendre, drôle et romanesque.   

Inédit. 4 étoiles. « La Belle Epoque ». RTS 1, lundi 18 octobre, 20h45.

Le Mystère Henri Pick.jpgJean-Michel Rouche est un critique littéraire reconnu qui anime une émission télévisuelle consacrée à la littérature. Un jour, il reçoit sur son plateau la veuve d’un auteur totalement inconnu. Le manuscrit de son mari a été découvert par hasard par une jeune éditrice dans une étrange bibliothèque en Bretagne. Publié, il connaît un énorme succès. Mais Jean-Michel Rouche ne croit pas une seule seconde qu’un pizzaïolo breton a pu écrire ce roman. Il décide alors de mener son enquête pour prouver qu’il a raison.

A mi-chemin entre la comédie et le film policier - on ne parlera pas ici de « thriller » car on ne peut pas dire que l’intrigue mette le spectateur sous tension et il n’y a pas à proprement parler de suspense, mais tout de même un intérêt à connaître la vérité - « Le Mystère Henri Pick » permet de passer un bon moment. 

Porté par Fabrice Luchini et Camille Cottin qui évoluent tous les deux dans le registre d’une sobriété bienvenue, ce n’est en effet pas leur marque de fabrique, le film est divertissant et les rebondissements, bien que légers, permettent de garder le spectateur en éveil du début à la fin, même si le tout manque un peu de folie.

3 étoiles. « Le Mystère Henri Pick ». France 2, dimanche 17 octobre, 21h05.

Le Pont des Espions.jpgD’après l’histoire vraie de James Donovan (excellent Tom Hanks) recruté contre sa volonté par la CIA pour donner l’illusion d’une défense à un espion russe et qui va se retrouver bien malgré lui à devoir accomplir une mission quasi impossible en pleine guerre froide. Brillamment mis en scène par Steven Spielberg, dans une atmosphère parfaitement reconstituée de cette fin des années 50 synonyme de haute tension entre l’Ouest et l’Est, « Le Pont des espions » est un film de haute voltige à l’image des négociations menées par son héros, qui n’a pourtant rien fait pour en être un. Prenant du début à la fin. 

4 étoiles. « Le Pont des Espions ».  M6, mardi 19 octobre, 23h05.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

Lien permanent Catégories : Télévision 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.