- Page 2

  • Les raisons de ma candidature

    Imprimer

    Une société juste est une société où chacun-e trouve sa place, accepte les responsabilités qui y sont liées et peut être assuré-e que ses droits seront garantis.

    Face aux vendeurs de peur et de repli - les boucs-émissaires n’ont pourtant jamais résolu les difficultés - il faut répondre aux préoccupations des Genevois-e-s par des gestes simples et des actions de bon sens, en laissant résolument de côté les promesses qui ne pourront être tenues et en s’appuyant sur deux valeurs essentielles : la responsabilité individuelle et la solidarité collective, nom de la liste, la numéro 5, sur laquelle je me présente.

    Adepte d’une politique qui conjugue la proximité, le pragmatisme et la détermination, et convaincu qu’une majorité d’électrices et d’électeurs soutiennent cette manière de voir, j’ai décidé de me présenter comme candidat indépendant à l’élection complémentaire du Conseil administratif de la Ville de Genève le 4 novembre prochain avec l’ambition d’être élu. Ma candidature permet d’élargir le choix, trop restreint, des électrices et électeurs de la Ville de Genève pour cette élection complémentaire.

    Il est plus que probable que la personne qui sera élue au soir du 4 novembre reprendra le département de l’environnement urbain et de la sécurité. 

    Toutefois, un conseiller administratif doit également s’intéresser à ce qui se passe dans les départements dont il n’est pas le titulaire. J'aurai l'occasion ces prochains jours de proposer des actions concrètes à mettre en place, à développer ou à renforcer, pas uniquement en lien avec ce département, au demeurant très intéressant. J'aurai aussi l'opportunité de présenter mes atouts pour être élu à cette fonction.

    En guise de conclusion provisoire, se lancer dans la bataille de cette élection complémentaire, sans l’appui d’un parti et sans moyens financiers, mais avec celui des très nombreuses personnes qui ont parrainé ma candidature, est un vrai défi. J’ai choisi de le relever, car dans toute démocratie directe ce sont les citoyennes et citoyens qui choisissent l’issue d’une élection et non pas les partis, comme l’élection de Pierre Maudet en juin dernier l’a démontré. C’est dans cet esprit d’indépendance que j’ai décidé de mettre ma personnalité, mon expérience et mes compétences au service des citoyennes et citoyens de la Ville de Genève qui décideront s’ils en veulent ou non le 4 novembre !

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Osons les rues piétonnes!

    Imprimer

    Dans dix jours, le sort fait au projet des 50 rues piétonnes en Ville de Genève sera connu. Bien malin celui qui peut prédire le résultat de ce vote, alors qu'il devrait être évident que le OUI l'emporte facilement.

    En effet, qui peut, entre autres, être contre libérer des aires de jeu pour les enfants, protéger sa santé en améliorant la qualité de l'air et en diminuant le bruit, augmenter le nombre de terrasses, favoriser le commerce de proximité, rendre plus sûrs les alentours des écoles, sécuriser les déplacements des personnes à mobilité réduite, favoriser la mobilité douce? Qui n'a jamais apprécié les zones piétonnes qu'il a traversées en Suisse et à l'étranger?

    Et pourtant face à toute cette liste, non exhaustive, des avantages aux rues piétonnes, qui plus est à l'essai pour un an ce qui permettra de faire des aménagements si nécessaire, les opposants se déchaînent avec des arguments populistes. A les entendre, c'est la chaos assuré en matière de circulation, alors que les rues qui seront piétonnes ont été choisies pour justement éviter que cela soit le cas! Ce sont les mêmes qui pendant des années ont bloqué la voie TPG sur le Pont du Mont-Blanc qui donne pourtant satisfaction à tout le monde! Quant à l'argument de la désertion des rues piétonnes le soir, créant des zones d'insécurité, il faudrait alors aller jusqu'au bout de l'argument et faire tourner dans les quartiers les voitures 24h sur 24!  

    Le projet soumis à votation a le grand mérite de poser une question fondamentale: dans quelle direction voulons-nous aller à Genève en matière de qualité de vie? Poser la question, c'est y répondre: osons les rues piétonnes le 23 septembre!

     

    Lien permanent Catégories : Verts 3 commentaires
  • Un pont entre les générations

    Imprimer

    Je n'avais pas encore eu l'occasion de voir le Pont Hans-Wilsdorf depuis son inauguration. J'ai donc décidé d'aller jouer les touristes en ce dimanche mi-figue, mi-raisin, de le traverser à vélo et de l'admirer, car je le trouve très réussi. Plus tard dans l'après-midi, je suis allé rendre visite à ma grand-mère. Je lui ai parlé de mon "excursion". Qu'elle ne fut pas ma surprise quand elle se mit à me raconter comment elle avait connu Hans Wilsdorf et son épouse en 1942 alors qu'elle faisait son apprentissage dans le même immeuble que là où ils demeuraient! Ce fut ensuite l'occasion d'échanger sur le "vieux" temps, pas forcément bon à cette époque, et de prendre conscience que cet ouvrage architectural était aussi un pont entre les générations. Cela le rend bien évidemment encore plus beau à mes yeux, car il a maintenant une dimension affective...

    Lien permanent 0 commentaire