- Page 3

  • Mariage homosexuel et terrorisme intellectuel

    Imprimer

    « Je n’ai pas lu dans les oppositions à ce projet de loi, des propos stigmatisants ou dénigrant la communauté homosexuelle. Le prétendre est une forme de terrorisme intellectuel et de prise du langage en otage dans le but de faire taire toute pensée différente de celle des dominants. »

    Je ne peux pas laisser passer ces propos publiés sur le blog de « Les hommes libres » sans régir sans quoi ce serait les partager !
    (http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2012/11/30/mariage-pour-tous-la-nouvelle-ligne-de-demarcation.html#comments).

    Oui, les opposants au mariage pour les personnes de même sexe ne sont pas tous homophobes (il y a, entre autres, des homosexuel-le-s qui sont contre le principe), mais oser écrire qu’il n’y a pas eu de propos stigmatisants ou dénigrant la communauté homosexuelle relève au mieux de l’ignorance, au pire de la malhonnêteté intellectuelle !

    Des preuves ? En voici quelques unes qui n’appellent pas d’autres commentaires, car elles parlent d'elles-mêmes :

    Cardinal Barbarin, cardinal de Lyon : «C'est une rupture de société. Après, ça a des quantités de conséquences qui sont innombrables. Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l'interdiction de l'inceste tombera».

    François Lebel, maire UMP : «Par exemple: comment s'opposer demain à la polygamie en France, principe qui n'est tabou que dans la civilisation occidentale? Pourquoi l'âge légal des mariés serait-il maintenu? Et pourquoi interdire plus avant les mariages consanguins, la pédophilie, l'inceste qui sont encore monnaie courante dans le monde?»

    Christine Boutin, présidente du parti chrétien-démocrate: « Si on accepte le mariage homosexuel, on serait vraisemblablement amenés dans les années à venir à accepter la polygamie en France. Il peut y avoir un lien entre ces deux questions. »

    Serge Dassault : «Regardez dans l'Histoire, la Grèce, c'est une des raisons de sa décadence. Décadence totale, bah bien sûr. C'est l'arrêt de la famille, c'est l'arrêt du développement des enfants, c'est l'arrêt de l'éducation, c'est un danger énorme pour l'ensemble de la nation, énorme.»

    François Commeinhes, maire UMP : «Même si j'ai beaucoup d'amis gays et que j'ai accouché des gays femelles, je ne vois pas ce que ça apporte sinon une couverture sociale. Mes adjoints le feront à ma place».

    L'Union des organisations islamiques de France (UOIF) : « Si le mariage entre deux personnes de même sexe devient une norme, alors toutes les revendications, même les plus incongrues peuvent, un jour, devenir une norme, au nom du même principe d'égalité. Qui pourra délégitimer la zoophilie, la polyandrie, au nom du sacro-saint amour? »

    Civitas, organisation catholique : «Oui à la famille! Non à l'homofolie!»

    Nicolas Dhuicq, psychiatre de profession et député UMP a fait une association entre homoparentalité et terrorisme : «Vous me permettrez de considérer que souvent le terroriste a un défaut: il n’a jamais rencontré l’autorité paternelle le plus souvent, il n'a jamais eu de rapport avec les limites et avec le cadre parental, il n’a jamais eu cette possibilité de savoir ce qui est faisable ou non faisable, ce qui est bien ou mal. N'y a-t-il pas une certaine contradiction de soutenir un projet de loi qui va jusqu'à rayer le mot de père du code civil? (Le projet de loi ne prévoit pas cela) Ceci est tout à fait cohérent. Vous provoquerez, dans les années à venir, la confusion des genres, le déni de la différence des sexes et la psychose.»

    Lien permanent 7 commentaires
  • Exclure le sida, pas les séropositifs!

    Imprimer

    Depuis 1988, la Journée mondiale de lutte contre le sida est l'occasion de rendre visibles les réalités épidémiologiques, médicales, sociales et culturelles du VIH/sida, ainsi que les efforts entrepris aux niveaux international, national et local pour lutter contre l'épidémie.

    En Suisse, plus de 600 personnes ont encore découvert leur séropositivité cette année et une personne sur 100 vit avec le virus dans notre canton, qui reste le plus touché de Suisse. Dans le monde, le nombre de personnes ayant accès au traitement antirétroviral a augmenté de 63 % sur les 24 derniers mois, les décès liés au sida ont diminué de plus de 25 % entre 2005 et 2011, mais il y a encore 7 millions de personnes qui ont un besoin urgent de traitement antirétroviral pour survivre et qui n’y ont pas accès.

    C'est pourquoi il faut garder à l’esprit que le 1er décembre est avant tout une journée de solidarité envers les personnes affectées par cette maladie, soit 25 000 en Suisse et 34 millions dans le monde.

    Depuis quelques années, le message diffusé dans toute la Suisse à l’occasion de cette Journée mondiale de lutte contre le sida reste identique : « C’est le sida qu’il faut exclure, pas les séropositifs ».

    Il faut savoir en effet que le rejet et l’exclusion sont des facteurs de propagation de l’épidémie : ils empêchent les personnes porteuses du VIH ou les plus vulnérables au virus d’en parler ouvertement, d’aller chercher de l’information ou du matériel de prévention auprès des associations ; ils les découragent d’aller faire un test de dépistage, de consulter un médecin et de demander de l’aide.

    Les attitudes et discours stigmatisants et culpabilisants sont autant d’obstacles à la prévention et au traitement, c’est-à-dire au combat contre l’épidémie. Nous en sommes par conséquent toutes et tous les victimes, les personnes séropositives comme l’ensemble de notre société.

    Une initiative comme celle de la Mairie du Grand-Saconnex, après celles de Vernier et de Carouge en 2010 et 2011, d’illuminer un arbre avec le ruban rouge symbole de la lutte contre le sida, transmet un message de solidarité, de responsabilité sociale, de fraternité et de sensibilisation. C’est essentiel pour la lutte contre le sida.

    Le combat contre la maladie est encore loin d’être gagné, comme tentent à le prouver les chiffres encore provisoires du nombre d’infections en hausse pour 2012 dans notre pays,  il convient donc de continuer à se mobiliser!

    Lien permanent 1 commentaire