- Page 2

  • Bientôt le dénouement

    Imprimer

    Le feuilleton concernant ma compatibilité de directeur d'établissement scolaire avec la fonction de député qui a connu déjà de nombreux épisodes (voir à ce sujet mes publications précédentes) devrait connaître son épilogue mercredi prochain.

    En effet, je viens de recevoir un mail du service du Grand Conseil qui m'apprend que la commission des droits politiques souhaite m'auditionner mercredi prochain à 17h avant de prendre sa décision.

    Je me rendrai bien évidemment à cette séance. J'apprécie de pouvoir être entendu et me réjouis qu'un verdict soit rendu! A suivre.

    Lien permanent 2 commentaires
  • En quête de nourriture

    Imprimer

    Quatre faits récents, deux expériences vécues et deux lectures d’articles, mis bout à bout m’ont poussé à mettre par écrit mon impuissance face à une situation effarante et bien connue, mais peut-être pas dans son ampleur : une partie de la Planète meurt de faim et l’autre jette à n’en plus finir.

    1° Pendant les vacances de Noël, je me suis rendu pour la deuxième fois en moins de deux ans au Brésil, pays immense (16 fois la France !) et magnifique, en plein essor économique, mais où les inégalités sont énormes. Ce contraste est frappant, particulièrement dans les grandes villes comme Rio. Il est renforcé par le fait que quand vous vous rendez dans un restaurant, peu importe la catégorie, il y a toujours trop à manger. Une partie de votre repas finit donc à la poubelle alors qu’un tiers des habitants de Rio vit en-dessous du seuil de pauvreté.

    2° En rentrant de mes vacances, je suis allé dans une clinique privée pour rendre visite à un membre de ma famille opéré suite à un accident. J’y ai appris que toute la nourriture qui franchissait le seuil de la porte de la chambre était jetée, y compris ce qui n’avait pas été entamé et était emballé (petits pots de confiture ou portion de beurre, par exemple). Raison invoquée : les risques de contamination. La vraie raison ne serait-elle pas que cela coûte moins cher de tout jeter plutôt que de trier ce qui reste sur les plateaux repas ?

    3° Le mardi 8 janvier, je lis un reportage sur Haïti dans la Tribune de Genève. J’y apprends que le Programme alimentaire mondial a coupé ses subventions à un foyer s’occupant d’enfants. Celui-ci a été obligé de réduire les portions du seul repas journalier donné aux enfants.

    4° Enfin, le vendredi 11 janvier dans le Courrier et le samedi 12 janvier dans la Tribune de Genève, j’apprends qu’entre 30 et 50% de la production alimentaire mondiale finissent dans les poubelles alors qu’ils pourraient être consommés ! Ceci représente entre 1,2 et 2…milliards de tonnes de nourriture. Si ce gaspillage dans les pays du tiers-monde et en voie de développement est dû avant tout à des problèmes de capacité financière et de moyens techniques pour récolter et stocker la production (le Vietnam perd jusqu’à 80% de sa production de riz !), il n’en est pas de même dans les pays développés. C’est la culture de consommation qui en est la cause : productions non récoltées, car ne correspondant pas aux standards et 30 à 50% des produits achetés qui ne sont pas consommés et donc jetés à la poubelle !

    Conclusion : chacun peut agir pour diminuer sa part de produits consommables jetés à la poubelle. Cela n’améliorera bien évidemment en rien la lutte contre la faim dans le monde (y compris dans nos pays développés !) et c’est frustrant.  Mais c’est une façon de se montrer solidaire avec celles et ceux pour qui la préoccupation journalière est de trouver de quoi se nourrir. C’est déjà mieux que rien.

    Lien permanent Catégories : Verts 2 commentaires
  • Toujours en sursis

    Imprimer

    Hier soir, à 19h 30, un journaliste de "20 minutes" m'appelle pour m'apprendre que la commission des droits politiques n'a toujours pas statué sur ma compatibilité ou non pour la fonction de député.

    Le journaliste me demande si je veux réagir à cette nouvelle. Je lui réponds que je ne connais pas le pourquoi de ce nouveau report, rappelons que j'ai annoncé le 5 décembre que j'acceptais de siéger, mais qu'il est peut-être dû au fait que l'avis de droit demandé il y a 5 semaines n'a pas encore été remis à la commission à cause des fêtes de fin d'année. J'ajoute que si ce n'est pas la raison, alors je ne comprends pas très bien. Je termine en lui disant que s'il souhaite en savoir plus, c'est à lui de mener l'enquête. Ce qu'il a fait, puisque je lis dans l'édition de ce jour du "20 minutes" que la commission est bel et bien en possession de cet avis de droit.

    Alors, pourquoi la commission n'a-t-elle pas statué sur ma compatibilité? Je suppose que c'est parce qu'elle a reçu cet avis de droit, et d'autres documents comme mon cahier des charges qui m'a été demandé par la commission, en début de séance. Il faut donc logiquement laisser le temps aux commissaires de lire avec toute l'attention voulue la documentation reçue.

    La décision devrait par conséquent être prise mercredi prochain...à moins d'un nouveau rebondissement. A suivre.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Hommage à Mère Nature: les chutes d'Igaçu

    Imprimer

    Au cours de ces vacances de fin d'année, j'ai eu la grande chance de pouvoir réaliser un de mes rêves: me rendre à Igaçu pour y voir les fabuleuses chutes du même nom, un jour du côté brésilien et le lendemain du côté argentin.

    Merveilles absolues de la Nature!

    Pour partager ce rêve devenu réalité, le texte s'efface tout...naturellement derrière les images qui parlent d'elles-mêmes.

    DSCN0495.JPG

    DSCN0482.JPG

    DSCN0504.JPG

    DSCN0511.JPG

    DSCN0527.JPG

    DSCN0546.JPG

    DSCN0547.JPG

    DSCN0549.JPG

    DSCN0567.JPG

    DSCN0577.JPG

    Lien permanent 1 commentaire
  • Bonne année grands-mères!

    Imprimer

    Au début de chaque nouvelle année, la plupart d'entre nous se projette dans les douze mois à venir en marquant d'ores et déjà dans son esprit les temps forts déjà connus. Il peut s'agir, par exemple, d'anniversaires qui se terminent par un "zéro" dans sa famille ou dans ses amis, d'un voyage, d'examens ou encore de projets que l'on souhaite absolument réaliser au cours des douze prochains mois.

    En ce qui me concerne, j'ai au début de chaque nouvelle année une pensée toute particulière pour mes deux grands-mères que j'ai encore la chance d'avoir alors que j'approche doucement, mais sûrement, du demi-siècle! J'imagine que si j'atteignais leur âge nous serions en 2051 ou en 2056!

    C'est toujours avec des oreilles d'enfant que je les écoute me raconter des bribes de leur histoire qui appartient à présent à l'Histoire. J'avais d'ailleurs écrit un blog à ce sujet, il y a très exactement quatre mois. C'était ma troisième publication et mon blog n'était pas connu. Elle fut par conséquent très peu lue. C'est la raison pour laquelle je me permets de la publier à nouveau ci-dessous pour souhaiter une bonne année à mes grands-mères qui, comme elles l'ont démontré en 2012, sont toujours prêtes à se battre pour pouvoir encore une fois fêter un anniversaire avec un ou...deux zéros!

    Je profite également de cette occasion pour souhaiter à toutes celles et tous ceux qui me lisent une année 2013 dont le bilan sera au 31 décembre positif!

    Note publiée le 2 septembre 2012 sous le titre "Un pont entre les générations":

    "Je n'avais pas encore eu l'occasion de voir le Pont Hans-Wilsdorf depuis son inauguration. J'ai donc décidé d'aller jouer les touristes en ce dimanche mi-figue, mi-raisin, de le traverser à vélo et de l'admirer, car je le trouve très réussi. Plus tard dans l'après-midi, je suis allé rendre visite à ma grand-mère. Je lui ai parlé de mon "excursion". Qu'elle ne fut pas ma surprise quand elle se mit à me raconter comment elle avait connu Hans Wilsdorf et son épouse en 1942 alors qu'elle faisait son apprentissage dans le même immeuble que là où ils demeuraient! Ce fut ensuite l'occasion d'échanger sur le "vieux" temps, pas forcément bon à cette époque, et de prendre conscience que cet ouvrage architectural était aussi un pont entre les générations. Cela le rend bien évidemment encore plus beau à mes yeux, car il a maintenant une dimension affective..."

    Lien permanent 0 commentaire