- Page 2

  • Série de l'été, 3ème épisode l'adc

    Imprimer

    Les candidates et candidats au Conseil d’Etat, mais également dans une moindre mesure celles et ceux au Grand Conseil, reçoivent de nombreux questionnaires de tous horizons, à remplir à titre individuel ou au nom de leur parti, dans lesquels leur avis est demandé en lien avec les préoccupations de leurs auteurs.

    J’ai décidé, afin que les électrices et électeurs qui le souhaitent puissent connaître mes prises de position, de publier ici-même, sous forme d’une série estivale, mes réponses aux questionnaires que je remplis. 

    Après celles adressées à  la Société pédagogique genevoise (https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-1er-episode-la-spg.html) et à l’Association Transports et Environnement(https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-2eme-episode-l-ate.html), voici le troisième épisode : l’association pour la danse contemporaine (adc).

    1. Après l’adoption de la loi cantonale sur la culture en mai dernier quels sont selon vous les enjeux culturels prioritaires des quatre prochaines années ?

    - Mettre l'accent sur les investissements avec trois priorités : rénovation du musée d'arts et d'histoire, constructions de la Nouvelle Comédie et du Pavillon de la danse.

    - Faciliter l’accès à la culture pour tout le monde en mettant, par exemple, en place des médiateurs culturels pour certaines œuvres. Les musées, les théâtres, les salles de spectacles, les bibliothèques, les cinémas, entre autres, doivent être ouverts à toutes les populations en proposant une offre culturelle riche et équilibrée.

    - Soutenir les acteurs locaux et développer une culture de proximité qui s’inscrit dans une dimension sociale de la culture, comme cela s’est fait, par exemple, dans le quartier des Libellules où ceux qui le souhaitaient ont pu exprimer leur créativité.

    2. Si vous reprenez le Département de l’instruction publique, comment allez-vous engager  les missions et les changements que le texte de la loi suppose, notamment le soutien à la création et à la relève, le soutien aux institutions dites « stratégiques » et la concertation avec les communes et la Ville de Genève ?

    Un partenariat avec les communes, particulièrement celle de la Ville de Genève qui consacre 200 millions de son budget annuel à la culture, est impératif. Si je reprenais le DIP, je rappellerais aux députés que cette loi a été votée à la quasi unanimité et qu’il s’agit dès lors de se donner les moyens pour concrétiser les intentions qu’elle contient. Je serais attentif à ce que le soutien à la création et à la relève soient prioritaires. Genève ne peut pas jouer un rôle en vue en matière de culture sans les créatrices et créateurs locaux.

    Quant aux institutions dites « stratégiques », qui sont en quelque sorte la vitrine culturelle de Genève, cette nouvelle loi permettra de clarifier les rôles entre, principalement, la Ville de Genève et le canton. Leur dimension régionale nécessite d’élargir l’assise des soutiens publics et donc de bénéficier de celui du canton.

    3. La danse s’est considérablement développée à Genève et rayonne aujourd’hui bien au-delà du canton. Le projet d’un lieu pour la danse (le Pavillon), porté par l’ADC et la Ville de Genève, est aussi bien engagé. Comment voyez-vous le développement du soutien cantonal à la danse?

    La danse est un des secteurs de la culture les moins subventionnés alors qu’elle participe à son rayonnement à l’intérieur et à l’extérieur du canton. Elle doit donc être mieux soutenue. Le Pavillon de la danse fait partie des trois investissements à réaliser en priorité durant la prochaine législature. Il est temps que le canton entre franchement dans la danse !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le Burundi en mots et en photos

    Imprimer

    DSCN0151.JPGDepuis peu, le Burundi mise sur le tourisme, mais n'a accueilli en 2012 que…3 000 visiteurs.

    En raison de mon engagement au sein de Coaltion Plus, qui regroupe plusieurs associations de lutte contre le sida au niveau mondial, j’ai eu l’occasion durant les dix derniers jours de me rendre dans ce pays d’Afrique de l’est.

     

     

     

    Un pays plus petit que la Suisse, sans accès à la mer, mais avec un grand lac superbe, le lac Tanganika.

    DSCN0095.JPG

     

    DSCN0102.JPGIl faut dire que l’histoire récente du Burundi, dix ans de guerre civile entre 1993 et 2002, et des élections en 2010 tenues dans un climat de terreur décrié par l'opinion nationale ne sont pas de très bons atouts sur le plan touristique, pas plus d’ailleurs qu’une loi votée en 2005 pénalisant l’homosexualité.

     

      

     

     

    DSCN0112.JPGLa population dépend à 90% de l’agriculture, est majoritairement catholique (60% contre 20% de religions indigènes, 15% de protestants et 5% de musulmans), a un taux élevé de séropositifs (environ 300 000 pour 10 millions d’habitants avec une  part de seulement 10% de prise en charge médicale) et est une des plus pauvres du monde.

     

     

     

     

    DSCN0195.JPGLe français est, avec le kirundi, une des deux langues officielles (colonie belge jusqu’en 1962), mais n’est parlé que par l’élite. L’école primaire est gratuite, mais l’offre ne correspond pas à la demande, ce qui a pour conséquence des classes surchargées (80 à 120 élèves !).

     

     

     

     

     Malgré toutes ces difficultés, le Burundi est un pays à découvrir. Il offre, en effet, un climat équatorial tempéré très agréable durant toute l’année,

    DSCN0120.JPG

     

    des paysages magnifiques,

     

    DSCN0121.JPGDSCN0116.JPG

     

    un bon accueil de la population (que de riches échanges durant mon séjour), 

    DSCN0110.JPG

      

    DSCN0084.JPGune infrastructure hôtelière aux standards (et au prix!) européen à Bujumbura et dans les environs (Blue Bay, magique), une bonne nourriture à prix très abordables,

     

     

     

     

     

    et, last but not least, la fierté nationale représentée par les tambourinaires du Burundi dont la réputation a largement dépassé les limites du pays.

     

    DSCN0005.JPG

    Lien permanent 0 commentaire
  • Se réapproprier l'espace politique

    Imprimer

    Le Parti Pirate constate, qu’une grande confusion règne dans la population quant à la structure et aux domaines de compétences des autorités politiques du canton. Les citoyen-ne-s ne sont pas au fait de leurs droits et de leurs devoirs. Pour qu'une personne puisse s'intéresser et contribuer à la vie politique, elle doit en comprendre les mécanismes et savoir comment interagir avec les différentes institutions. 

    Les institutions doivent activement aller vers les citoyennes et citoyens, les sensibiliser et les associer dans toutes les étapes de la formation de l'opinion, en passant par la prise de décision et finalement dans la mise en œuvre de la politique. Une telle démarche vise à ce que les citoyennes et citoyens se réapproprient l'espace politique.

    Le Parti Pirate Genevois veut rendre son rôle et son rang aux citoyennes et citoyens dans la vie politique et les inciter à une participation active dans la vie démocratique du Canton, c’est pourquoi, dans le cadre de son programme pour les élections cantonales du 6 octobre, il demande :

    - qu’une politique durable de sensibilisation et d'éducation civique continue soit établie ;

    - une mise en place de moyens pédagogiques adéquats permettant aux citoyen-ne-s adulte d'être capables de participer à la vie politique et de s'y investir.


    Il ne peut y avoir de démocratie sans la participation active des citoyennes et citoyens.

     

    Pour plus de détails : http://ge.piratenpartei.ch/le-programme-15-etat-de-droit/

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Lâchement assassiné

    Imprimer

    Par l'intermédiaire d'Africagay est parvenue la révoltante nouvelle de l'assassinat d'Eric Lebembe, directeur exécutif de la Camfaids, une association de lutte pour les droits des minorités sexuelles à Douala, hier à son domicile à Yaoundé dans d'atroces circonstances.

    Suite à ce crime odieux, Yves Yomb, directeur exécutif de l'association, a adressé par mail un message que je partage ci-dessous. Il en dit long sur la situation catastrophique des homosexuel-le-s dans la plupart des pays d'Afrique, y compris au Burundi où je me trouve actuellement.

    Le "délit" d'homosexualité peut en effet entrainer jusqu'à cinq ans de prison. Heureusement, des personnes influentes au Burundi, dont la présidente de l'Association nationale de soutien aux séropositifs et aux malades du sida (ANSS) lutte contre cette discrimination. C'est ains que l'ANSS a mis sur pied en 2008, malgré le contexte défavorable, un projet de prévention et de suivi médical à l'attention des hommes qui ont du sexe avec des hommes (HSH en français, MSM en anglais).

    C'est grâce à des actions comme celle-ci, à des personnes comme Éric Lebembe et Yves Yomb, qui luttent au péril de leur vie, et à des pressions extérieures que la situation pour les droits des minorités aura une chance de s'améliorer dans le monde.

    Message d'Yves Yomb, à propos d'Éric Lebembe, lâchement assassiné:

    Bonjour à tous,

    Juste pour vous annoncer l'assassinat de Eric Lebembe, le Directeur Exécutif de la Camfaids, une association MSM basée à Yaoundé.

    Eric a été retrouvé hier chez lui, torturé et étranglé par le fil de son ordinateur. Ce crime nous rappelle celui de l'activiste LGBTI Ouagandais "David Kato".

    Je vous avoue que c'est la peur qui règne en ce moment au sein de la communauté MSM camerounaise. Surtout auprès des leaders gays que nous sommes. Un seuil a été franchit au Cameroun avec ce crime.

    http://76crimes.com/2013/07/15/beating-death-of-lgbt-activist-eric-lembembe-in-cameroon/

    Yves YOMB
    Directeur Exécutif d'Alternatives-Cameroun-Sexual Minority Human Rights Defender


    Lien permanent 0 commentaire
  • Série de l'été, 2ème épisode l'ATE

    Imprimer

    Les candidates et candidats au Conseil d’Etat, mais également dans une moindre mesure celles et ceux au Grand Conseil, reçoivent des questionnaires de tous horizons dans lesquels leur avis est demandé en lien avec les préoccupations de leurs auteurs.

    J’ai décidé, afin que les électrices et électeurs qui le souhaitent puissent connaître mes prises de position, de publier ici-même, sous forme d’une série estivale, mes réponses à ces questionnaires. Après celles adressées à la Société pédagogique genevoise (https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-1er-episode-la-spg.html), voici le deuxième épisode : Association Transports et Environnement (ATE)

    Répondre aux questions ci-dessous par: tout à fait d’accord, assez d’accord, pas tellement d’accord, pas du tout d’accord ou sans opinion.

    1. Soutenez-vous le développement d'une politique de mobilité accordant la priorité aux transports publics et à la mobilité douce? Tout à fait d’accord.
     

    2. Souhaitez-vous poursuivre le développement de l’offre de transports publics ? Tout à fait d’accord.
     

    3. Etes-vous favorable à régler les feux de signalisation de manière à accorder la priorité aux transports publics ? Tout à fait d’accord.
     

    4. Etes-vous favorable  à l'extension de la gare de Cornavin en souterrain et à l'éventuel financement du surcoût à la charge du canton ? Tout à fait d’accord.
     

    5. Etes-vous favorable à la poursuite de l’extension du réseau tramway tel que prévu vers St-Julien, Ferney, Bernex-Vailly, St-Genis, Annemasse ? Tout à fait d’accord.
     

    6. Soutenez-vous la proposition de conditionner l'extension des lignes de tramway par la construction de routes ? Pas du tout d’accord.

    7. Êtes-vous favorable à l’électrification des lignes de bus urbaines (développement des trolleybus) ? Tout à fait d’accord.
     

    8. Etes-vous favorable à l’aménagement de zones 30 et zones de rencontre (zone 20) dans les quartiers ? Tout à fait d’accord.
     

    9. L'Intiative 144 pour la mobilité douce a été acceptée il y a 2 ans par le peuple. Etes-vous favorable à l'octroi de crédits permettant de mettre en oeuvre les mesures prévues par la loi ? Tout à fait d’accord.

    10. Fréquemment, les normes OPAir et OPB sont dépassées dans le canton de Genève. Vous engagez-vous à mettre en place des mesures contraignantes permettant le respect de ces normes ? Tout à fait d’accord.
     

    11. Etes-vous favorable à poursuivre une politique d’augmentation du nombre de vols à l'aéroport de Genève? Pas tellement d’accord.

    12. Soutenez-vous le contre-projet direct du Conseil fédéral à l'Initiative ATE « Pour des transports publics », intitulé « Financement et aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF) » ? Tout à fait d’accord.

    13. Etes-vous favorable au projet du Conseil d'Etat de traversée autoroutière du petit lac ? Assez d’accord.
     

    14. Etes-vous favorable au projet de traversée de la rade, tel que proposé par l'initiative UDC « Pour une traversée de la rade » ? Pas du tout d’accord.

    15. Etes-vous favorable à la construction du parking de Clés-de-Rive accompagné d'une zone piétonne au centre-ville ? Tout à fait d’accord.
     

    16. Etes-vous favorable à la construction de P+R sur sol français, en partie financés par le canton ? Tout à fait d’accord.
     

    17. Vu la tendance à l'augmentation de la part modale des deux-roues motorisés par rapport aux voitures, êtes-vous favorable à la transformation de places de parking voiture en places pour deux-roues motorisés ? Tout à fait d’accord.
     

     

    Lien permanent 0 commentaire