- Page 4

  • Un abus de démocratie

    Imprimer

    Au terme du délai imparti, le 1er juillet, 30, oui, TRENTE, listes différentes ont été déposées pour le Conseil d’Etat ! Soit plus d’une liste par candidat, puisqu’il y en a 29 en tout.

    Des listes, mises à part celles au nom des partis, aux allures de slogans électoraux, jugez plutôt : « Halte aux bouchons. Traversons la Rade ! », « Suisses de la région », « Egalité homme-femme », « Carton rouge ! Sortez les sortants », « Loger nos enfants », « L’action pour la sécurité », « Contre le diktat des assurances maladies », « Pour la défense de nos aînés-e-s », « Pour créer l’emploi et protéger les travailleur-euse-s »,  « Un emploi pour tous », « Ceux qui agissent », « Pour la priorité de l’emploi aux résidents genevois », « Les habitant-e-s de Vernier, Lancy, Meyrin, Carouge et Onex », « Tolérance zéro : Stop cambrioleurs, dealers, mendiants, voleurs », « Défense de locataires : Stop à la spéculation, construisons des logements », « Pour la défense des assurés, des retraités et pour une médecine de qualité pour tous », « Respect de la volonté populaire : Confirmons la baisse des tarifs des TPG ! », « Pour des PME fortes et créatrices d’emplois » et enfin « Pour circuler sans galérer – Stop aux bouchons ».

    Cette liste est édifiante et consternante. Je propose d’ailleurs à la Tribune de Genève de faire un sondage pour faire un classement des listes avec les intitulés les plus ridicules. En ce qui me  concerne, bien que le choix soit vaste pour le premier prix, j’ai une préférence pour la liste « Les habitant-e-s de Vernier, Lancy, Meyrin, Carouge et Onex ». Comment, en effet, pour une élection qui concerne tout le canton, peut-on faire une liste qui exclut 40 communes ? Je dois dire que cela me dépasse !

    La multiplication de ces listes, qui coûte chacune 3000 francs à ceux qui les déposent !, est clairement un abus de démocratie. Je l’avais déjà dénoncé lors de ma campagne pour le Conseil administratif en Ville de Genève. Cette manœuvre, car cela en est bien une, permet aux partis qui ont de l’argent, donc ceux qui sont déjà en place et qui touchent de l’argent public, de s’arroger les emplacements publics pour l’affichage et ainsi d’exposer beaucoup plus leurs candidat-e-s. Ce n’est pas normal.

    C’est la raison pour laquelle, je déposerai durant l’été un projet de loi pour modifier l’article 25 de la loi sur les droits politiques qui précisera qu’un-e candidat-e ne peut figurer que sur une seule liste.

    Et l’on verra bien alors qui sont les vrais démocrates.

    Lien permanent 4 commentaires