- Page 2

  • Qui sont les Pirates? (2)

    Imprimer

    Avoir une liste de 17 candidates et candidats représente un avantage indéniable: il est possible de faire connaissance avec chacun d’eux, dans un esprit de proximité cher au Parti Pirate, et de savoir ainsi qui sont les femmes et les hommes qui portent les valeurs du Parti Pirate pour les élections du 6 octobre. Deuxième des trois parties (1).

    Valentin-Bonny.jpg20 ans, apprenti en gestion du commerce de détail dans une petite entreprise d’informatique. De nature plutôt sportive, Valentin Bonny est toujours prêt à se dépasser pour atteindre un objectif qu’il soit politique ou sportif. Il cherche constamment à échanger ses idées afin de ne pas se trouver calfeutré dans des idéaux, certes interessants, mais peu réalisables.

    Son projet pour Genève: améliorer de façon durable les relations entre les différentes communautés au sein de la population.

    Alissia-Devenoges.jpg35 ans, greffière. Née à Genève, Alissia Devenoges y a effectué toute sa scolarité. Après avoir débuté une carrière dans l’informatique bancaire, elle opère rapidement un virage professionnel et rentre au Pouvoir judiciaire. Entière, curieuse et passionnée, Alissia s’épanouit tant au travers de son métier qu’en se mettant au service des autres, participant régulièrement à des activités bénévoles.

    Son projet pour Genève : cherchant elle-même constamment à savoir comment fonctionnent les choses, c’est naturellement qu’elle orientera son mandat vers l’obtention d’une transparence et d’une clarté que toute entité étatique devrait avoir vis-à-vis des citoyens, notamment au moyen des technologies modernes.

    Gregoire-Rinolfi.jpg21 ans né a Genève: Grégoire Rinolfi est étudiant de 3ème année à l’EPFL en génie mécanique. Il est passionné d’informatique et convaincu de l’importance des enjeux de la société de l’information. Bricoleur, Grégoire aime redonner une vie aux objets en les modifiant et les détournant de leur fonction de base.

    Son projet pour Genève: il souhaite apporter un regard pragmatique, hors du débat gauche-droite.

    Ariel-Stern.jpg44 ans, originaire de Saint-Gall, né à Ramatgan (Israël). Après des études de philosophie, Ariel Stern a travaillé comme photographe de fonds d’art et comme producteur de courts-métrages. Il travaille aujourd’hui comme bouquiniste, principalement sur la place de la Fusterie.

    Son projet pour Genève: s’investir pour que le canton de Genève soit aussi un exemple cantonal et international de bonne gouvernance, efficace et transparente au même titre qu’il est réputé pour son accueil et son expertise professionnelle.

    parvez.jpg30 ans, entrepreneur dans le monde du web, Parvez Sualeheen est aussi actif dans l’association “Partage”. Il est passionné par l’informatique, mais surtout par les technologies mobiles. “Ma seule promesse sera d’essayer de faire avancer les choses, notamment en matière de sécurité, mais avant tout en matière de protection des données de chaque personne.”

    Son projet pour Genève: Offrir une politique en toute transparence, notamment en matière d’utilisation des deniers publics.

    (1) Première partie: https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/21/temp-47eaa9d7baa82da1a5219fbdaeb0ac83-245854.html

    Lien permanent 2 commentaires
  • Qui sont les Pirates? (1)

    Imprimer

    Avoir une liste de 17 candidates et candidats représente un avantage indéniable: il est possible de faire connaissance avec chacun d’eux, dans un esprit de proximité cher au Parti Pirate, et de savoir ainsi qui sont les femmes et les hommes qui portent les valeurs du Parti Pirate pour les élections du 6 octobre. Première des trois parties.

    Will-van-Gulik.jpg36 ans, musicien et artisan ingénieur réseau, Will van Gulik est le Président et membre fondateur de la section genevoise du Parti Pirate Genevois. Ancien activiste de la culture et des nouvelles technologies, il a choisi aujourd’hui les chemins plus institutionnels. Convaincu par l’action collective, la philosophie du Parti Pirate est pour lui la meilleure solution pour faire avancer notre société.

    Son projet pour Genève : favoriser l’accès a une culture diversifiée et de qualité, simplifier les procédures pour les établissements proposant des activités culturelles.

    Baptiste-Mesot.jpg20 ans, né dans le canton de Vaud. Baptiste Mesot a suivi sa scolarité obligatoire à Genève où il obtient sa maturité gymnasiale en 2011. Il accomplit son service civil au sein des HUG avant d’intégrer un cursus universitaire en Lettres. Membre du comité du Parti Pirate Genevois, il était le plus jeune candidat sur l’ensemble de la Suisse aux élections du Conseil National en 2011.

    Son projet pour Genève: notre canton peut devenir un centre actif tout en augmentant la qualité de ses services dans la société de demain. Il souhaite contribuer à mettre en place une Genève forte et belle en prise avec la société et dans laquelle chaque citoyen à sa place.

    alexpatti.jpg35 ans, habitant de St-Jean. Alexandre Patti est tour à tour vendeur de musique, installateur informatique, responsable d’hébergements de sites internet. Aujourd’hui, Alexandre est gestionnaire énergétique dans une entreprise informatique. Il est membre actif de l’Usine depuis 10 ans. Passionné de musique en libre diffusion (netlabels), au sein du collectif “Audioactivity”, il est à l’occasion organisateur de soirées. Sensible à la question de la souveraineté alimentaire, il est également apiculteur à la coopérative des Vergers d’Épicure. Cycliste au quotidien, il souhaite donner plus de place aux vélos, aux piétons et aux transports publics.

    Son projet pour Genève: Seule la maîtrise du code informatique permettra de garder le contrôle sur la technologie. Alexandre souhaite par conséquent la mise en place d’ateliers “mécaniques” pour l’apprentissage du code informatique dès l’école primaire.

    Sebastien-Schopfer.jpg28 ans. Sébastien Schopfer a passé son enfance à Onex / Petit-Lancy. Il habite maintenant avec son épouse à St-jean. Ayant acquis une formation d’Employé de Commerce, Sébastien évolue actuellement en tant qu’agent de sûreté avec les équipes de l’Aéroport de Genève. Il a été actif au sein de l’association Voix-Libre.

    Son projet pour Genève: promouvoir l’élaboration d’un véritable programme d’éducation et de prévention auprès des jeunes à l’égard de l’utilisation des outils d’informations, de communication et des médias.

    Karine-Baud.jpg42 ans, née en France voisine, mère au foyer, Karine Baud est active dans le milieu de l’art contemporain. Après avoir débuté des études en histoire de l’art, elle organise régulièrement les mises en place et en espace d’expositions artistiques. En tant que membre du comité d’Aspasie, elle apporte à l’association son soutien et son expertise.

    Son projet pour Genève : développer l’accessibilité à la culture dans le canton, notamment par la promotion d’événements culturels libres.

    Jerome-Louvion.jpg35 ans, né à Vevey, Jérôme Cuénod Louvion y fait ses premiers pas en politique au sein du Parlement des Jeunes. Jérôme rejoint Genève pour y parfaire sa formation de photographe. Il siège au comité de l’association culturelle PTR.

    Son projet pour Genève: marié et fraîchement père, son souhait pour Genève est d’y faire grandir le sentiment de communauté, notamment en encourageant le geste citoyen.


     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Violence en baisse au primaire : l’effet directeur d’établissement ?

    Imprimer

    Le SRED (Service de la recherche en éducation) a publié aujourd’hui son rapport sur les actes de violence en milieu scolaire pour l’année 2012-2013 (1). Il constate que, pour la quatrième année consécutive, le nombre total d’actes de violence d’une certaine gravité recensés est en diminution.

    Le taux de participation au recensement par l’application informatique SIGNA, qui ne permet pas de savoir dans quels établissements scolaires ont lieu les actes de violence, est supérieur la plupart des années à 80% (début du recensement lors de l’année scolaire 2007-2008) ce qui permet d’avoir une bonne vue d’ensemble de ce qui se passe dans le canton.

    Les atteintes à autrui (bizutage, insultes et menaces graves, racket, violences physiques) représentent plus de la moitié des signalements et les atteintes à la sécurité  (fausse alarme, intrusion de personnes étrangères à l’établissement, jet de projectiles, port d’arme, tentative d’incendie ou incendie) un peu plus du quart. Les autres atteintes sont celles concernant principalement les biens. Ce sont d’abord les élèves qui sont les victimes (1 cas sur 2 environ), mais aussi, dans plus d’un cas sur 4, des membres du personnel scolaire.

    En 2012-2013, les 4/5e des actes signalés ont été recensés dans l’enseignement secondaire (CO ou PO) et 1/5e des événements a concerné l’école primaire. Concernant l’enseignement primaire le rapport du SRED met en avant le fait que les actes de violence signalés ont continuellement diminué dans cet ordre d’enseignement. Entre 2008-2009 et 2012-2013, il a été divisé par deux.

    Faut-il en conclure que la mise en place des directions d’établissement au primaire, justement lors de l’année scolaire 2008-2009, et leur engagement pour prévenir la violence et assurer un climat scolaire propice aux apprentissages a eu une influence sur cette amélioration notable ? Le rapport ne le dit pas expressément, mais il n’est bien entendu pas interdit d’émettre cette hypothèse.

     (1) http://www.ge.ch/recherche-education/signa/

    Lien permanent 8 commentaires
  • Série de l'été, huitième épisode la Fédération genevoise LGBT

    Imprimer

    Les candidates et candidats au Conseil d’Etat, mais également dans une moindre mesure celles et ceux au Grand Conseil, reçoivent des questionnaires de tous horizons, à remplir à titre individuel ou au nom de leur parti, dans lesquels leur avis est demandé en lien avec les préoccupations de leurs auteurs.

    J’ai décidé, afin que les électrices et électeurs qui le souhaitent puissent connaître mes prises de position, de publier ici-même, sous forme d’une série estivale, mes réponses à ces questionnaires. Après celles adressées à la Société pédagogique genevoise (1), à l’Association Transports et Environnement (2), à l’association pour la danse contemporaine (3),  au Touring Club Suisse (4), à PRO VELO (5), à l’Association pour une Meilleure Ecole (6),  au Parti Evangélique (7), voici le huitième épisode : la Fédération genevoise des associations lesbienne, gay, bi et trans (LGBT).

    1. Etes-vous favorable à une politique publique et cantonale de prévention de l’homophobie et de la transphobie, notamment dans les milieux de l’éducation ?

    OUI.  Dans son rapport 2012, l'association française SOS Homophobie fait état d’une augmentation record des témoignages de personnes ayant été victimes d’actes homophobes. Contrairement à une personne qui sera, par exemple, victime de racisme ou d’antisémitisme, une personne homosexuelle ou transgenre ne peut pas d’emblée compter sur sa famille pour la protéger et la soutenir avec des conséquences qui peuvent mener à la dépression et même jusqu’au suicide.

    Il est donc de la responsabilité des pouvoirs publics de lutter contre l'homophobie et la transphobie, notamment dans les milieux de l'éducation ou les jeunes LGBT sont très exposés.

    2. Soutiendrez-vous une inscription d’un principe de non-discrimination lié à l’identité de genre dans la Constitution genevoise ?

    OUI. La résolution votée par le Grand Conseil le 22 février 2013 à l'attention de l'Assemblée fédérale contient l’identité de genre, en plus donc de l’orientation sexuelle, dans la liste des raisons pouvant donner lieu à une poursuite pénale en cas d’appel à la haine ou à la discrimination. Il serait donc on ne peut plus logique que le principe de non-discrimination lié à l'identité de genre soit inscrit dans la Constitution genevoise.

    3. Pensez-vous que le travail de la Fédération genevoise des associations LGBT et de ses associations membres doit être soutenu financièrement par l’Etat ?

    OUI. Les associations sont les acteurs les plus proches du terrain et donc celles qui en ont la meilleure connaissance. Il est par conséquent indispensable de les consulter, de les impliquer et de les soutenir financièrement.

    4. Pensez-vous que la Fédération genevoise des associations LGBT et ses associations membres doivent être consultées et impliquées dans les actions mises en place par l’Etat dans la lutte contre l’homophobie et la transphobie ?

    OUI. Même commentaire que ci-dessus.

    5. Etes-vous favorable à une institutionnalisation de la lutte contre l’homophobie et la transphobie?

    OUI. Le Grand Conseil a affiché sa volonté quasi unanime lors de sa séance du vendredi 22 février 2013 que les actes homophobes soient pénalisés en adoptant la résolution 563 et en faisant ainsi usage de son droit d’initiative cantonal auprès de l’Assemblée fédérale.

    Les actes homophobes peuvent faire des ravages, notamment sur les jeunes homosexuel-le-s qui font trois à cinq fois plus de tentatives de suicide que la population hétérosexuelle. On a pu constater lors du débat sur le mariage pour tous en France ou à l’occasion du dérapage récent d’un conseiller municipal de la Ville de Genève que les préjugés avaient la vie dure et qu’il s’agissait de les combattre jour après jour.

    C’est ce que fait le DIP en prenant cette question de la lutte contre l’homophobie très au sérieux, puisqu’il a engagé une chargée de mission à 40% pour traiter de ce sujet et soutenu de nombreuses actions de sensibilisation.

    Cette politique volontariste de lutte contre l’homophobie mise en place par le DIP ces dernières années ne doit pas dépendre de la volonté de tel homme ou de telle femme politique. Elle doit donc effectivement être institutionnalisée.

    6. Etes-vous favorable à la création d’un poste de chargé.e de projets LGBT à l’Etat de Genève ?

    OUI. Comme précisé dans mon commentaire de la question 5, le DIP a engagé une chargée de mission pour traiter des questions en lien avec l'homophobie. Ce poste doit s'inscrire de manière durable dans l'organigramme du DIP et son pourcentage augmenté si le cahier des charges le demande.

    7. Etes-vous favorable à la création d’un centre d’écoute et d’aide concernant les discriminations liées à l'orientation sexuelle et/ou à l'identité de genre, financé par l'Etat de Genève, et qui serait géré par la Fédération genevoise des associations LGBT ?
     
    OUI. Il est primordial que les personnes victimes de discriminations, quelles qu'elles soient, puissent en parler en toute confiance et confidentialité si elles le souhaitent.

    8. Le Conseil fédéral travaille actuellement sur un projet de loi visant à ce que toute personne adulte, quel que soit son état civil ou son mode de vie, puisse adopter l’enfant de son ou sa partenaire. Même si elle est proposée sur le plan fédéral, soutenez-vous cette loi ?

    OUI. Il est du devoir des politiques de proposer des lois qui prennent en compte l’évolution de la société pour ne pas laisser sans protection des citoyennes et citoyens. C’est le cas des enfants, plusieurs milliers en Suisse, qui ont deux homoparents et qui n’ont pas les mêmes droits que les autres.

    En effet, en cas de décès du parent biologique, le parent  que l’on appelle « social », c’est-à-dire celui qui est partenarié avec le parent biologique, n’est pas certain de pouvoir obtenir la garde de l’enfant. Cette loi est donc nécessaire.

     

     

    (1) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-1er-episode-la-spg.html
    (2) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-2eme-episode-l-ate.html
    (3) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/21/temp-90db22ddb964db235fcb0acc1eeb39a4-244666.html
    (4) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/24/temp-18d42565f9bf5e5ea59330b4eaa2be9d-244773.html
    (5) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/04/temp-cae6b3a93012ab259753ed3167cad65d-245174.html
    (6) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/08/temp-c30d3accbb5b258c19de34218091c10d-245312.html
    (7) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/11/serie-de-l-ete-septieme-episode-le-pev-245418.html


     

    Lien permanent 1 commentaire
  • Résolument tourné vers l'avenir

    Imprimer

    Des enseignants du Cycle d’orientation, dans le cadre du cours d’éducation citoyenne qu’ils donneront à la rentrée, ont initié une démarche tout à fait intéressante auprès des partis pour leur demander de se présenter dans la perspective des élections au Grand Conseil. Quatre thèmes sont proposés dans un questionnaire : valeurs, bilan de la législature écoulée, projets importants pour la prochaine législature et perception du Cycle d’Orientation, le tout en une page A4 maximum !

    Petit cours d’éducation citoyenne avec la longue vue du Parti Pirate, un parti qui voit loin et résolument tourné vers l’avenir !

    Quelles sont les valeurs défendues par le parti ?

    Liberté, responsabilité, respect, justice, transparence.

    Quels ont été, selon le parti, les échecs et les succès de la dernière législature ?

    Du côté des points négatifs: échecs de la revalorisation du travail dans le cadre de la lutte contre le chômage et de la mise en oeuvre de l'initiative 144 sur la mobilité douce, objectif de 2500 nouveaux logements par an pas atteint, mise en place de la vidéosurveillance, augmentation de la dette publique et deterioration des relations entre le Grand Conseil et le Conseil d'Etat.

    Du côté des points positives: lancement de la construction du CEVA, mise en application de la loi sur le nouveau Cycle d'Orientation et extension du Réseau d'enseignement prioritaire.

    Quels projets importants le parti proposera-t-il lors de la prochaine législature ?

    - Améliorer l'accessibilité des institutions publiques, notamment par la publication des décisions du Conseil d'Etat, et assurer la protection de la sphère privée des citoyen-ne-s.
    - Promouvoir et développer l'usage des logiciels libres dans l'enseignement.
    - Mise en place d'une politique durable de sensibilisation et d'éducation civique continue et de moyens pédagogiques adéquats permettant aux citoyen-ne-s adulte d'être capables de participer à la vie politique et de s'y investir.

    Quelle perception le parti a-t-il de l'évolution du Cycle d'Orientation ? Quelle(s) amélioration(s) propose-t-il ?

    - L'évolution suite à l'introduction de la loi sur le nouveau Cycle d'orientation parait aller dans la bonne direction. Nous manquons toutefois encore de recul quand à son impact. Nous serons attentifs à ce que les moyens prévus lors de la votation, notamment pour la mise en place des passerelles, soit alloués chaque année.
    - Une réflexion profonde doit être menée sur l'adaptation de notre système éducatif à la société de la connaissance dans laquelle nous entrons à grands pas.

    Lien permanent 1 commentaire