- Page 3

  • Sécurité: une complémentarité indispensable

    Imprimer

    Dans le respect de l'État de droit (1), la société fournit à l'individu un cadre sûr où il dispose du choix de son mode de vie. La sécurité est considérée au sens large et inclut donc ses composantes sociales, policières ou militaires.

    La politique de sécurité du Parti Pirate se fonde sur la mobilisation des acteurs sociaux, culturels, artisanaux et commerciaux. Une cité vivante est un facteur de sécurité.

    La mise en réseau de tous ces acteurs qui s’occupent de prévention, d’éducation, d’animation et de sécurité (maisons de quartier, travailleurs sociaux hors murs, unité d’action communautaire, police municipale, îlotiers de gendarmerie, direction d’établissement scolaire, éducateurs sociaux, parascolaire, service santé de la jeunesse, service de la protection des mineurs, commerçants,…) est indispensable pour assurer la complémentarité entre les spécialistes de la prévention et de la répression.

    En ce qui concerne la composante policière de la sécurité le Parti Pirate Genevois:

    - demande à ce que les effectifs de police soient  augmentés afin qu’une présence policière soit effective dans l’ensemble du canton 24 heures sur 24 dans les 5  prochaines années, en fixant un objectif de recrutement supplémentaire  de 400 personnes,

    - demande à ce que la filière de formation des  gendarmes genevois soit intégrée au cursus romand déjà existant afin de bénéficier d’un effet de levier quant aux ressources techniques  disponibles pour former les futurs policiers genevois,

    - demande à ce que la filière de formation des  gendarmes genevois soient ouvertes aux détenteurs de permis C,

    - demande à ce qu’un programme de recrutement d’auxiliaires administratifs soit mis en place pour améliorer  de manière significative la prise en charge des procédures  administratives et judiciaires.


    Pour le Parti Pirate, il s’agit donc de conduire une politique de sécurité qui réduit les menaces pesant sur la société et les individus en sachant que le risque zéro n'existe pas. Cette politique doit par conséquent s’adapter constamment à la volatilité de la menace.

     

    (1) Voir à propos de l'Etat de droit les propositions du Parti Pirate Genevois en cliquant sur les liens suivants: https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/10/transparence-et-accessibilite-244286.html et https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/17/se-reapproprier-l-espace-politique-244287.html.


     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Série de l'été, septième épisode le PEV

    Imprimer

    Les candidates et candidats au Conseil d’Etat, mais également dans une moindre mesure celles et ceux au Grand Conseil, reçoivent des questionnaires de tous horizons, à remplir à titre individuel ou au nom de leur parti, dans lesquels leur avis est demandé en lien avec les préoccupations de leurs auteurs.

    J’ai décidé, afin que les électrices et électeurs qui le souhaitent puissent connaître mes prises de position, de publier ici-même, sous forme d’une série estivale, mes réponses à ces questionnaires. Après celles adressées à la Société pédagogique genevoise (1), à l’Association Transports et Environnement (2), à l’association pour la danse contemporaine (3),  au Touring Club Suisse (4), à PRO VELO (5), à l’Association pour une Meilleure Ecole (6), voici le septième épisode le Parti Evangélique (PEV).

    1. Êtes-vous favorable à la mise en place d’une information préventive contre le petit crédit au cours de l’école obligatoire ? NON, l’école ne peut pas faire de la prévention dans tous les domaines, c’est en l’occurrence le rôle des parents.

    2. Vous engagez-vous à proposer des mesures concrètes offrant une alternative aux jeunes de moins de 25 ans pour sortir de la prostitution ? NON.

    3. Seriez-vous favorable à une initiative cantonale visant à interdire ou à restreindre fortement la possibilité de procéder à des évacuations de logement ? NON.

    4. « Tout être humain a droit aux soins et à la dignité. Je m’engage en faveur de la protection globale de la vie, de la conception à la mort, et prends position pour que chacun/e puisse bénéficier des soins adéquats. » Etes-vous d’accord avec cette affirmation ? NON.

    5. Seriez-vous favorable à une obligation légale pour les EMS d’accepter l’euthanasie active pour les patients qui le demanderaient, comme c’est le cas sur le canton de Vaud ? OUI.

    6. Pensez-vous que la libéralisation du cannabis est une solution envisageable pour casser le marché de la drogue ? OUI.

    7. En cas d'élection, vous engagez-vous à renforcer la protection et le soutien des femmes enceintes en détresse ? OUI.

    8. Vous engagez-vous à renforcer les mesures de prévention de l'alcoolisme et du tabagisme chez les jeunes? OUI.

    9. Êtes-vous a priori favorable à ce que l’État finance des mesures alternatives aux crèches visant à permettre aux parents de consacrer plus de temps à leurs enfants en bas âge, notamment par une valorisation financière du « travail de mère/père » ? NON.

    10. Êtes-vous favorable à ce que la prime d’assurance maladie soit prise en charge par l'État dès le 3e enfant (comme cela était le cas par le passé) ? NON.

    11. Pensez-vous que le mariage entre deux personnes de même sexe devrait être légalisé au même titre que le mariage traditionnel (deux personnes de sexe différent) ? OUI.

    12. Êtes-vous favorable à ce qu’il soit enseigné aux élèves du primaire que la distinction des sexes est subjective ? NON.

    13. Pensez-vous que le cursus scolaire (plan d’études) devrait contenir un cours sur le christianisme, quelle que soit la religion des enfants ? NON. Le cursus scolaire doit contenir un cours de sensibilisation pour toutes les religions les plus importantes.

    14. Êtes-vous favorable à la fluidification du trafic urbain par un recours accru aux ronds-points (ou autres facilitateurs de fluidité) au lieu de feux de circulation ? OUI.

    15. Seriez-vous favorable à inciter, par des mesures fiscales, les propriétaires de logements vides à les mettre à disposition du marché locatif ? NON.

    16. Êtes-vous favorable à la construction d’un franchissement de la Rade (pont ou tunnel) à l’horizon 2050 ? NON. Mais je pourrais être favorable à une construction d’une traversée du lac si cette dernière faisait partie d’une solution négociée qui comprendrait la poursuite du développement de l’offre de transports publics, notamment l’extension des lignes de trams telles que prévues par le Conseil d’Etat, le réglage des feux de signalisation de manière à accorder la priorité aux transports publics en milieu urbain ou encore l’octroi de crédits pour la mise en œuvre de l’initiative 144 pour la mobilité douce.

    17. Êtes-vous d’avis qu’il faut viser la construction d’au moins 5'000 logements dans le nouveau quartier Praille-Acacias-Vernets ? OUI.

    18. Êtes-vous favorable à la réalisation d’une étude de faisabilité pour une ligne de télécabine entre, par exemple, la Praille (PAV) et le centre-ville (Plainpalais ou rue du Stand) ? OUI.

    19. Êtes-vous favorable à la promotion des écoquartiers, au développement d’espaces verts et de zones piétonnes ? OUI.

    20. Êtes-vous favorable au projet « Aile Est » d’extension de l’aéroport de Genève ? OUI.

    21. Etes-vous favorable à une agriculture de proximité (promotion de marchés locaux, etc) ? OUI.

    22. Seriez-vous favorable à l’idée de planter en ville des arbres fruitiers et des plantes potagères ? OUI.

    23. Etes-vous favorable à une campagne d’encouragement au photovoltaïque sur les toits des bâtiments privés ainsi que sur tous les bâtiments publics qui s’y prêtent ? OUI.

    24. Etes-vous favorable à de nouvelles constructions en zone agricole telles que le projet des Cherpines ? OUI.

    25. Etes-vous favorable à l’introduction d’un salaire minimal obligatoire ? NON.

    26. Les dépenses publiques devraient-elles être adaptées en vue de réduire de moitié la dette du canton d’ici à 2025 ? NON. Je suis d’accord avec l’objectif de réduire la dette, mais il faut agir sur les dépenses et les recettes.

    27. Quelles mesures concrètes préconisez-vous pour réduire le taux de chômage à Genève (plusieurs choix possibles)?
    Simplifier les démarches administratives pour les employeurs recrutant des chômeurs. Réorganisation de l’Office cantonal de l’emploi pour une meilleure efficience. Programme d’occupation à utilité publique à temps partiel dès le 1er jour de chômage. Remplacements des congés parentaux assurés par des chômeurs. Autre. 
    Aucune de ces mesures ne permettra selon moi de réduire le chômage. Il faut proposer des formations certificatives de qualité à celles et ceux qui souhaitent une réorientation professionnelle.

    28. Vous engagez-vous en cas d’élection à mettre en place une charte qualité pour l’octroi de marchés publics aux entreprises qui (plusieurs choix possibles) : Versent un salaire égal pour un travail égal ? Assurent un nombre de place d’apprentissage proportionnel au nombre de leurs employés ? Proposent le time-sharing ? Ont mis en place des mesures concrètes de réduction de leur consommation d’énergie ? S’approvisionnent par des sources dites propres ? D’accord avec toutes ces propositions.

    29. Êtes-vous favorable à l’augmentation du nombre de caméras de surveillance dans les lieux publics ? NON.

    30. Êtes-vous favorable à un renforcement légal de la protection des données privées face à l’État et aux entreprises privées ? OUI.

    31. En cas d’élection, soutiendrez-vous une initiative cantonale visant à réduire le quorum électoral à 3% pour une représentativité plus démocratique de la population ? OUI.

     

     
    (1) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-1er-episode-la-spg.html
    (2) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-2eme-episode-l-ate.html
    (3) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/21/temp-90db22ddb964db235fcb0acc1eeb39a4-244666.html
    (4) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/24/temp-18d42565f9bf5e5ea59330b4eaa2be9d-244773.html
    (5) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/04/temp-cae6b3a93012ab259753ed3167cad65d-245174.html
    (6) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/08/temp-c30d3accbb5b258c19de34218091c10d-245312.html

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • De qui se moque-t-on?

    Imprimer

    Photo0536.jpgC’est  la question que je me suis posée suite à ma soirée aux Fêtes de Genève d’hier soir. Au programme du 8 août, un concert de Jimmy Sommerville vedette incontestée des années 80 avec des tubes à la pelle : « Smalltown boy », « Don’t leave me this way », « Why ? » pour n’en citer que quelques uns parmi les 17 qui composent son « best of ». De quoi largement assurer un show de plus d’une heure.

    Malgré la pluie, j’enfourche mon vélo pour me rendre à Baby-Plage pour voir « en vrai » cette star oubliée des années 80 qui a fait danser les quadragénaires et quinquagénaires d’aujourd’hui.  Un concert, qui plus est gratuit, pour se rappeler de très bons souvenirs, ça ne se refuse pas !

    A 21h15 (au lieu de 21h, pas trop grave) Jimmy Sommerville apparaît sur la scène avec deux choristes et sa bande son, normal pour ce genre de concert. Et ça démarre plutôt bien avec « you make me feel ». Pas de surprise pour les fans, le son est bien évidemment celui que l’on trouve sur CD ou vinyle et la voix de tête de Jimmy Sommerville, qui chante en live, plutôt à la…hauteur. Les tubes s’enchaînent, l'ambiance est bonne, la pluie s’arrête. Le contact entre le chanteur et le public est par contre quasi inexistant, deux, trois mots.

     A 21h45, présentation des deux choristes, puis Jimmy Sommerville prononce un « bye » et quitte la scène comme un voleur. Le public pense bien évidemment à une fausse sortie et demande à grands cris un rappel qui ne viendra jamais ! 30 minutes de concert, un point, c’est tout.Photo0535.jpg

    Les spectateurs s’interrogent : le cachet que demande Jimmy Sommerville est-il à ce point élevé que les Fêtes de Genève ne peuvent le payer que pour 30 minutes de concert ? La star du passé a-t-elle péter les plombs pour une raison inconnue et décidé de quitter la scène plus rapidement que prévu ?

    Ou finalement ces micros concerts ne sont-ils que des attrapes nigauds pour faire venir les gens aux Fêtes de Genève et les faire dépenser leur argent de préférence en boissons alcoolisées pour qu’ils noient leur déception suite à un pseudo concert ?

    J’opterais plutôt pour la troisième hypothèse, le concert qui a succédé à celui de Jimmy Sommerville n’a pas duré plus longtemps, et le sentiment que les organisateurs des Fêtes de Genève se sont moqué du public présent hier soir.  Pas mortel, mais désagréable.

    Lien permanent 2 commentaires
  • La série de l'été, sixième épisode l'AME

    Imprimer

    Les candidates et candidats au Conseil d’Etat, mais également dans une moindre mesure celles et ceux au Grand Conseil, reçoivent des questionnaires de tous horizons, à remplir à titre individuel ou au nom de leur parti, dans lesquels leur avis est demandé en lien avec les préoccupations de leurs auteurs.

    J’ai décidé, afin que les électrices et électeurs qui le souhaitent puissent connaître mes prises de position, de publier ici-même, sous forme d’une série estivale, mes réponses à ces questionnaires. Après celles adressées à la Société pédagogique genevoise (1), à l’Association Transports et Environnement (2), à l’association pour la danse contemporaine (3),  au Touring Club Suisse (4),  à PRO VELO (5), voici le sixième épisode: l’Association pour une Meilleure Ecole (AME). 

    AME.pngLe 11 mars 2012, le peuple genevois s'est prononcé pour l'ajout d'un mercredi matin d'école pour les élèves de la 5P à la 8P. Un budget de 20 millions de francs a été avancé pour que cet ajout d'heures se fasse dans des conditions convenables. Si les tumultes budgétaires ne devaient pas permettre l'allocation de cette somme, quelle serait votre position ?

    Si j'étais Conseiller d'Etat en charge du DIP, j'inclurais tout naturellement dans le budget 2014 la somme avancée lors de la votation en rappelant aux députés leur devoir de la voter étant donné que cela a été utilisé comme argument en faveur de l'introduction du mercredi matin au moment du vote.

    Les conditions d'encadrement des élèves de l'école publique genevoise se sont lourdement dégradées ces vingt dernières années (+5975 élèves pour une augmentation de 32 postes d'enseignement pour la période allant de 1991 à 2009). Quel sera votre politique concernant ce point ?

    Il faut faire une distinction entre les différents taux d'encadrement suivant les ordres d'enseignement. Dans l'enseignement obligatoire, et tout spécialement dans l'enseignement primaire que je connais bien puisque j'y ai enseigné pendant 15 ans et que je suis à présent directeur d'établissement depuis 6 ans, la moyenne de 1 adulte pour 17 élèves n'a pas changé au cours de ces 10 dernières années. C'est surtout au niveau du post-obligatoire que le taux d'encadrement s'est dégradé. Il s'agit donc de faire un effort pour l'améliorer en augmentant les moyens.

    Moyens supplémentaires qui, par ailleurs, seront très probablement nécessaires pour étendre la formation obligatoire jusqu'à 18 ans, comme le demande la nouvelle Constitution, même si toutes les mesures ne seront pas coûteuses comme, par exemple, celle de permettre à un élève en échec au collège de terminer son année afin de valider certains acquis pour la suite de sa formation (cf. à ce sujet le texte que j'ai écrit sur mon blog « Former, un investissement pour l'avenir » : https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/03/former-un-investissement-pour-l-avenir.html).

    Lors de l'année 2011-2012, un nouveau livret scolaire a été introduit pour les plus jeunes élèves de l'école primaire (1P et 2P). En résumé, l'évaluation qui s'effectuait en 3P se réalise dorénavant en 2P et celle de 2P en 1P. Cela fait donc deux ans qu'un élève de 5 ans peut être jugé peu satisfaisant, par exemple, en sciences humaines et sociales et que cela figure dans ce nouveau document. Que pensez-vous de ce changement ?

    Il n'est pas correct de dire que « l'évaluation qui s'effectuait en 3P se réalise dorénavant en 2P et celle de 2P en 1P. » Les élèves sont évalués à présent à la fin de la 2P, cela est exact, mais en lien avec les attentes définies par le Plan d'études romand (PER). Ces attentes ont été traduites avec précision sous la forme d'un cadre de références élaboré au cours de l'année scolaire 2012-2013. Une large consultation des enseignants a eu lieu à ce sujet. Le risque qu'un élève soit mal évalué est minime et donc, dans ces conditions, ce changement est acceptable. Cette évaluation peut même être profitable aux élèves en difficulté qui ont automatiquement droit à des mesures d'accompagnement au début de la 3P. Cette automaticité n'était pas garantie auparavant.

    Avec l'introduction du nouveau Plan d'études romand, l’accueil pour les élèves de 6 ans (3P) a été supprimé. Il est même question de lourdement réduire celui des élèves plus jeunes. Quelle est votre position concernant le temps d'accueil ?

    Il n'est plus question, à ma connaissance, de réduire le temps d'accueil pour les élèves de 1P et 2P dans le cadre du nouvel horaire scolaire de la rentrée 2014. Je suis partisan de maintenir ces temps d'accueil qui permettent, aux enfants qui en ont la possibilité, d'avoir un rythme quelque peu différencié. Pour ceux qui ne l'ont pas, c'est l'occasion de pouvoir s'adonner à des activités plus individualisées.

     


    (1) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-1er-episode-la-spg.html
    (2) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-de-l-ete-2eme-episode-l-ate.html
    (3) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/21/temp-90db22ddb964db235fcb0acc1eeb39a4-244666.html
    (4) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/24/temp-18d42565f9bf5e5ea59330b4eaa2be9d-244773.html
    (5) https://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/04/temp-cae6b3a93012ab259753ed3167cad65d-245174.html

    Lien permanent 0 commentaire
  • "Fils de..."

    Imprimer

    Photo0527.jpgAujourd’hui 5 août avait lieu le vernissage de l’exposition « Fils de … ». Les photographies de Zabou Carrière et les textes de Taina Ternoven donnent la parole à 30 enfants de parents homosexuels.

    Ils ont entre 18 et 87 ans, ils vivent dans de grandes villes ou dans de petits villages français. Ils n’ont en commun que le fait d’être majeur et d’avoir au moins un parent homosexuel. Ils ont accepté de partager leur histoire et de poser devant l’objectif de la photographe. Photo0528.jpg

    Les auteures de l’exposition et du livre qui l’accompagne, les textes sont plus longs que pour l’exposition, s’intéressaient depuis quelques années à l’homoparentalité. Elles ont souhaité au travers de cette exposition et de leur livre dépasser le débat du « pour » et du « contre » l’homoparentalité, avec des prises de positions idéologiques et militantes ou des paroles d’experts. En donnant la parole aux principaux concernés, les enfants, devenus adultes, elles ont voulu « faire entendre cette parole du vécu qui s’inscrit dans le registre de l’intime et non pas dans un registre militant.»

    Photo0530.jpgEn parcourant l’exposition, très bien mise en valeur dans ce magnifique lieu que sont les Bains des Pâquis, on y découvre des histoires familiales, qui parfois recoupent l’Histoire, avec leurs hauts et leurs bas, des histoires qui ressemblent en fait à beaucoup d’autres. Des histoires qui ne revendiquent rien, mais qui permettent une ouverture sur une réalité.

    Présentée par Dialogai avec le soutien de l’Association des Usagers des Bains des Pâquis, l’exposition est à découvrir jusqu’au 18 août.
     

    Lien permanent 0 commentaire