- Page 2

  • Pierre Maudet, assurance tous risques?

    Imprimer

    C'est la question que l'on peut se poser en découvrant la synthèse du point presse du Conseil d'Etat de ce jour où l'on peut lire, suite au drame de la Pâquerette, que "le Conseil d’Etat a décidé de transférer, immédiatement et provisoirement, le centre de sociothérapie de la Pâquerette – actuellement administré par les Hôpitaux universitaires genevois –, sous la juridiction exclusive du département de la sécurité, au sein de l’office cantonal de la détention. Cette décision a été prise pour garantir la sécurité de la population et des collaborateurs, ainsi que la pérennité des actions sociothérapeutiques dans la perspective de la réinsertion des détenus."

    Faut-il en déduire que la sécurité de la population et des collaborateurs n'aurait pas été assurée si les HUG avaient continué à administrer la Pâquerette? Et qu'une tragédie telle que celle de la semaine dernière aurait pu alors se reproduire? On a peine à le croire.

    Ne serait-ce pas alors plutôt, étant donné le départ de Pierre-François Unger, une opération de communication visant à faire penser à la population que Pierre Maudet, qui lui se représente, est l'assurance tous risques des Genevoises et des Genevois? C'est une hypothèse.

    Hypothèse qui toutefois met une énorme responsabilité sur les épaules de Pierre Maudet à qui il ne sera rien pardonné en cas de nouveau drame, ce qui n'est bien évidemment pas à souhaiter!

     

     

    Lien permanent 4 commentaires
  • L'illectronisme, nouvelle forme d'exclusion

    Imprimer

    Au cours de cette campagne, j’ai eu à plusieurs reprises l’occasion de discuter dans la rue avec des personnes âgées qui m’ont demandé ce qu’était le Parti Pirate. Quand je leur parle de société de l’information ou d’internet, elles me répondent le plus souvent qu’elles sont dépassées par ces nouvelles technologies et qu’elles se sentent de plus en plus exclues de ce monde informatisé. Mais elles ne sont pas les seules.

    En effet, si l’on en croit l’article publié cette semaine dans le Migros Magasine,  plus d’un Suisse sur dix serait concerné par l’illectronisme, l’illettrisme numérique. Envoyer un e-mail, acheter un billet de train sur internet, regarder une vidéo sur un smartphone ou difficulté à accéder aux contenus de l’information numérique est un obstacle insurmontable pour cette catégorie de la population. Si le premier aspect concerne plutôt les personnes âgées, le second peut aussi se rencontrer parmi des jeunes capables d’utiliser de manière récréative l’informatique, mais empruntés  lorsqu’il s’agit de trouver et de traiter un renseignement sur  le web. Sans parler de la mauvaise utilisation d’internet qui peut mener au harcèlement ou à l’escroquerie.

    Le risque de créer une société de l’information à deux vitesses est donc bien présent. Il est de la responsabilité des autorités de faire leur possible pour l’empêcher. C’est la raison pour laquelle le Parti Pirate, dans sa vision d'une société inclusive, a plusieurs propositions dans son programme qui vont dans ce sens : sensibilisation et éducation civique, création d’un CyberPolShop, un accès internet garanti et une formation pertinente et cohérente en matière de bureautique.

    Plus de détails en cliquant ici : http://roussel-zeter.eu/prog/themes.php#Education

    Lien permanent 1 commentaire
  • Encore et encore Duval...

    Imprimer

     

    Je m’étais promis à moi-même que « ma réponse à la lettre ouverte de M. Duval » mettrait un point final de mon côté aux élucubrations de ce Monsieur, car quand il n’est plus possible de faire appel à la raison, il est préférable d’arrêter là. 

     

    Mais M. Duval en a « remis une couche » aujourd’hui en disant tellement n’importe quoi sur les vacances des directeurs que je ne peux pas laisser passer cela. Et pour une seule raison : ses lecteurs ont le droit de savoir que l’obsession de M. Duval à l’encontre des directeurs confine au délire. 

    Extrait de la directive concernant la gestion des vacances des directeurs :

    « La mission du directeur d’établissement – dont l’objectif est qu’il offre un encadrement de proximité à ses collaborateurs et une gestion de son établissement fondée sur les besoins du terrain – exige de celui-ci qu’il soit présent dans son établissement de manière continue sur les périodes scolaires. »

    Il n’est donc pas question pour un directeur, comme le prétend faussement M. Duval, et sauf circonstances exceptionnelles, comme par exemple des problèmes de santé ou un congé maternité, qui l’auront empêché de prendre tous ses congés durant les vacances scolaires, de prendre ses vacances en dehors des vacances scolaires.

    En guise de conclusion, et pour montrer à quel point M. Duval n’est plus crédible, si tant est qu’il ait été une fois, je laisserai la place à un commentaire reçu sur mon blog d’une internaute suite à « ma réponse à la lettre ouverte de M. Duval » :

    "M. Duval défend des thématiques avec des arguments qui tournent en bouclent, effectivement. Ce que je constate, c'est que l'écart entre la vraie vie et ses délires prend de l'ampleur au fur et à mesure que le temps passe. On a pu croiser de temps à autres quelques fans, dans les écoles ou dans la rue. Maintenant, ce sont des sourires, des moqueries ou franchement des éclats de rire qui accompagnent ses sorties de plus en plus décalées. Que quelques députés le suivent ne justifie aucunement le décalage; entre un pseudo philosophe et quelques réactionnaires qui ne comprennent rien ou qui s'improvisent experts, nous avons la palette des résistances habituelles des frustrés de la vie...Donc, soyez serein M. Bonny, s'attaquer à la personne, c'est l'arme du nul."


     

    Lien permanent 6 commentaires
  • En réponse à la lettre ouverte de M. Duval

    Imprimer

    Monsieur,

    votre obsession à l'encontre des directeurs d'établissement m'inquiète. Vous les attaquez jour après jour, ou presque, sur votre blog. Vous le faites très régulièrement au travers de ma personne, puisque je suis un personnage public. Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'écrire sur mon blog, cela ne me gêne pas outre mesure. Cet entêtement à essayer de me nuire participe même sans doute à ma notoriété. Mais il y a quand même une limite. Et cette limite, Monsieur, vous l'avez dépassée aujourd'hui lorsque vous utilisez ma vie privée pour attaquer la fonction de directeur d'établissement en faisant preuve, évidemment, d'une mauvaise foi absolue, d'où ma réaction, pour une fois, à vos propos qui tournent en rond depuis tant d'années.

    Vous savez, en effet, parfaitement que je fais partie de ces directeurs à temps partiel que vous attaquez, d'ailleurs, encore plus que les autres. Décidément, j'ai tout pour vous plaire. Par conséquent, je n'ai rien "volé" à personne en faisant le Pont du Jeûne genevois et je n'ai rien à cacher. Un de mes "amis" facebook n'a rien trouvé de plus intelligent, mais il est vrai que ce n'est pas par ce terme que je qualifierais la personne qui vous a vraisemblablement contacté, que de vous faire réagir, une fois encore, sur votre fixation. Soit. J'espère que cela vous a fait du bien...jusqu'à la prochaine fois. Et puisque je prends la peine de vous répondre, sachez que quand je siège au Grand Conseil, je le fais sur mes jours de vacances. 

    Pour conclure, j'aimerais sincèrement vous souhaiter, six ans après avoir pris votre retraite de l'enseignement, soit juste avant l'entrée en fonction des directeurs, à un âge que beaucoup pourraient considérer comme un énorme privilège et qui plus est, à ce que je me suis laissé dire - mais les gens disent parfois n'importe quoi - dans un autre canton, d'être capable de tourner la page et de profiter pleinement de votre temps libre.

    Bien à vous.

    Didier Bonny  

     

    P.S. Une dernière chose que vous semblez ignorer: il est possible de programmer la date et l'heure de la publication d'un texte sur son blog. Vous devriez donc éviter d'en tirer des conclusions erronées.

    Lien permanent 6 commentaires
  • Parti Pirate et MCG, seuls partisans de la transparence?

    Imprimer

    Cette question est légitime à la lecture de l'ordre du jour de la prochaine session du Grand Conseil qui aura lieu les 19 et 20 septembre et plus particulièrement de son point 125 (sur 252, probablement un record).

    C'est en effet à cet endroit que se trouve le projet de loi que j'ai déposé visant à interdire qu'un-e candidat-e soit présent-e sur plus d'une liste. Si tel était le cas, cela éviterait ce détournement de la démocratie qui permet aux partis qui en ont les moyens de déposer plusieurs listes, avec parfois des noms fantaisistes, qui non seulement trompent les électrices et électeurs, mais aussi permettent de bénéfifier de plus d'emplacements publics pour l'affichage, comme le montre la photo ci-dessous prise lors de l'élection complémentaire en Ville de Genève en novembre dernier.

     

    Photo0464.jpg

    J'ai proposé à tou-te-s les député-e-s de signer ce projet de loi. Or, mis à part un UDC, seuls des députés MCG (6) l'ont fait. Cela signifie-t-il que le MCG et le Parti Pirate, qui soutient mon projet de loi, sont les seuls partisans de la transparence et de l'équité en matière de bulletins de vote et d'affichage électoral?

    C'est la conclusion que l'on pourrait tirer sachant que les partis qui sont en place aux éxécutifs depuis des lustres préfèreraient pouvoir conserver "leurs privilèges" (tiens, il me semble qu'il y a un parti qui milite contre les privilèges...) en continuant de multiplier les listes et pervertir notre système démocratique.

    Mais peut-être que cette conclusion est hâtive. Vraiment?

    A vérifier lors du traitement de ce projet de loi par la commission des droits politiques où il sera directement renvoyé.

    Lien permanent 1 commentaire