- Page 2

  • Se tirer une balle dans le pied

    Imprimer

    Certaines coupes votées la tête dans le sac par la commission des finances de la Ville de Genève biffent des prestations parfois votées à l’unanimité par le Conseil municipal ! Un exemple ? La suppression du poste de chargé de projets LGBT (lesbienne, gay, bi, trans) qui est attaché au Service Agenda 21, service qui pourrait disparaître dans très exactement une semaine lors du vote du budget 2014 par le Conseil municipal. La suppression de ce poste serait :

    -   une incohérence avec l’acceptation à l’unanimité du Conseil municipal de la résolution 105;

    -   un désaveu du rôle pionnier de Genève concernant la lutte contre l’homophobie et une non-reconnaissance des efforts entrepris par la Ville de Genève et le Conseil municipal dans cette lutte contre l'homophobie;    

    - un irrespect de la Commission Européenne contre le Racisme et l'intolérance (ECRI) qui a apprécié l’existence-même de ce poste en Ville de Genève ;

    - une non-reconnaissance des collaborations présentes et futures établies entre la Ville de Genève et les associations LGBT pour assurer l’égalité de toutes les citoyennes et tous les citoyens, indépendamment de leur orientation sexuelle et leur identité de genre (1).

    Il y a fort à parier que la majorité du Conseil municipal ne souhaite pas en arriver là, mais c’est l’exemple d’un dommage collatéral très regrettable d’un vote fait dans la précipitation et sans aucune réflexion. Si la droite veut faire des coupes, qu’elle fasse voter à la majorité des motions ou des résolutions au cours de l’année 2014 pour dire clairement au Conseil administratif ce qu’il doit retrancher au budget 2015.

    Mais en attendant, il serait irresponsable de voter le budget tel que sorti de la commission des finances. Gageons que la majorité voudra éviter de se tirer une balle dans le pied !
     
    (1) La Fédération genevoise des associations LGBT a envoyé une lettre aux Conseillères et Conseillers municipaux de la Ville de Genève pour les rendre attentifs aux conséquences de la suppression du Service Agenda 21 dans la lutte contre l’homophobie.

    Lien permanent 2 commentaires
  • Le gros mensonge de Christophe Darbellay

    Imprimer

    Les Vert’ libéraux ont donc déposé hier deux initiatives parlementaires qui sont pour ainsi dire un contre-projet à l’initiative du PDC qui demande l’égalité fiscale pour les couples mariés avec les couples concubins. Initiative qui accomplirait sans doute gentiment son parcours parlementaire avant de passer en votation, si elle n’avait pas un énorme défaut : ancrer dans la Constitution la définition du mariage comme celle de l’union entre un homme et une femme.

    Cette initiative poursuit donc deux objectifs différents et ne respecte pas l’unité de matière. Cela  rend totalement incompréhensible la décision du Conseil fédéral de la soutenir, ce qui a d’ailleurs donné lieu à une manifestation le 16 novembre dernier à Berne.

    Mais c’est aussi grâce à cette décision, et aux réactions qu’elle a suscitées, que le Parlement va pouvoir entamer un débat sur le mariage pour tous, ce qui est une bonne surprise pour les défenseurs de l’égalité des droits entre toutes et tous. Ce n’est manifestement pas le cas de Christophe Darbellay, président du PDC suisse, qui déclare dans la Tribune de Genève du jour  «qu’il n’y a aucune volonté de discriminer les couples homosexuels ! Ils profiteront aussi des aménagements fiscaux (…). Pour le reste, nous n’avons fait que reprendre la Constitution. »

    C’est un gros mensonge, puisque la Constitution actuelle ne définit pas ce qu’est le mariage. Mais on le lui pardonnera. Grâce à son initiative, et malgré lui, le PDC va permettre un débat de société qui n’aurait sans doute pas eu lieu avant un ou deux lustres !

     

    Lien permanent 4 commentaires
  • Confiance à la jeunesse

    Imprimer

     

    baptiste.jpgLe Parti Pirate Genevois a élu lundi soir au poste de président Baptiste Mesot, 21 ans. Il a également arrêté ses prises de position pour les votations du 9 février. En mettant à sa tête un jeune, le Parti Pirate a mis très concrètement en pratique le fait qu’il est un parti tourné vers l'avenir et qu’il souhaite poursuivre sur la dynamique des dernières élections au Grand Conseil dans la perspective des municipales du printemps 2015.

    Baptiste Mesot sera épaulé par un comité renforcé composé d’Alissia Devenoges,  Daniel Ceszkowski, Didier Bonny, Valentin Bonny (encore plus jeune que le président !), Alexis Roussel, Guillaume Saouli, Sébastien Schopfer, Parvez Sualeheen et Will van Gulik, président sortant.

    Au cours de cette assemblée, le Parti Pirate a pris position sur les objets cantonaux ainsi que sur celui de la Ville de Genève soumis en votation le 9 février prochain. Il recommande de voter :

    - NON à la révision de la Loi sur l'Accueil de la Petite Enfance (le Parti Pirate est membre du comité référendaire)

    - OUI à la révision de la loi générale sur les zones de développement
    - OUI à la délibération du Conseil municipal de la Ville de Genève, autorisant la vente de Naxoo.

    En ce qui concerne les objets fédéraux, le Parti Pirate Suisse recommande de voter :

    - OUI au financement et à l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire
    - NON à l’initiative « Financer l’avortement est une affaire privée »
    - NON à l’initiative « Contre l’immigration de masse »

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pères et mères sur un pied d'égalité

    Imprimer

    Combien de pères ont subi le chantage de se voir refuser de partager l’autorité parentale si la mère de leur enfant n’obtenait pas gain de cause lors des « négociations » au moment du divorce ? Combien de pères se sont vus retirer l’autorité parentale conjointe des années après le divorce au seul titre que leur ex-épouse ne souhaitait tout simplement plus la partager ? Il n’existe bien évidemment pas de statistiques à ce sujet et elles ne seront de toute façon plus nécessaires.

    En effet, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a annoncé l’entrée en vigueur de l’autorité parentale conjointe au 1er juillet 2014. Dorénavant en cas de divorce, l’autorité parentale conjointe sera la règle, contrairement à la pratique actuelle où elle est accordée dans seulement 40% des cas. L’autorité parentale conjointe sera aussi de mise pour les parents non mariés. Il sera possible aux parents divorcés depuis juillet 2009 de faire les démarches pour établir rétroactivement l’autorité parentale conjointe. Pour en arriver à cette décision, il aura fallu 30 ans, la première intervention au Parlement à ce sujet datant de 1983.

    Cette nouvelle application du droit rend justice à la mère et au père dans leur rôle de parent au-delà de la séparation. Elle les met sur un pied d'égalité. Aucun des deux parents ne se sentira nié dans son rôle parental. Le père et la mère pourront ainsi dans la majorité des cas exercer au mieux leurs responsabilités face à leur(s) enfant(s). Il est également fort probable qu’à l’avenir moins de pères et d’enfants seront amenés à se perdre de vue. C’est malheureusement beaucoup trop fréquemment le cas aujourd’hui avec à la clé beaucoup de souffrances de part et d’autre.

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • 8000 personnes meurent du sida chaque jour

    Imprimer

    photo.JPGEn 30 ans d’épidémie, le VIH a tué près de 30 millions de personnes. Depuis 1988, la Journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre est l'occasion de rendre visibles les réalités épidémiologiques, médicales, sociales et culturelles du VIH/sida, ainsi que les efforts entrepris aux niveaux international, national et local pour lutter contre la maladie.

    Aujourd’hui, 35 millions d’habitant-e-s de notre planète sont séropositifs et 8000 d’entre eux meurent chaque jour, malgré le fait que les décès liés au sida aient diminué de plus de 25 % dans le monde ces dernières années. Les progrès de la médecine et un accès plus large au traitement rétroviral sont heureusement passés par là. Mais il y a encore malgré tout 7 millions de personnes qui ont un besoin urgent de traitement antirétroviral pour survivre et qui n’y ont pas accès.

    En Suisse, 645 personnes, dont 86 à Genève, ont encore découvert leur séropositivité en 2012 et, selon les chiffres du premier semestre 2013, il en sera vraisemblablement de même cette année. Les cantons urbains sont les plus touchés et parmi eux Genève qui a  une forte migration de personnes originaires de pays où le sida fait des ravages et une importante communauté gay. 25 000 personnes sont affectées par le virus en Suisse, dont une sur 100 à Genève qui est le canton le plus touché.

    Le 1er décembre est donc avant tout une journée de solidarité envers toutes les personnes affectées par cette maladie dans le monde, maladie qui est malheureusement toujours d’actualité.

     

    photo 1.JPG

     

    Lien permanent 1 commentaire