- Page 2

  • Ebola une urgence mondiale, vraiment?

    Imprimer

    Il aura fallu que deux Américains soient victimes du virus d’Ebola pour que la Planète entière prenne la pleine mesure de la gravité de cette maladie le plus souvent mortelle. C’est souvent quand les pays développés se sentent en danger qu’ils commencent à se mobiliser. J’exagère ? A peine.

     

    Car finalement, en faisant preuve du plus parfait cynisme, un millier de morts sur 1700 cas présumés depuis le mois de mars, il n’y a pas de quoi s’affoler. Faut-il rappeler, pour prendre l’exemple d’une maladie dont je parle régulièrement sur mon blog (cf. le dernier texte en date « la fin du sida en 2030? »), que chaque jour 5000 personnes meurent de maladies liées au sida ?

     

    La propagation du virus Ebola dans les pays développés est, pour l’instant, peu vraisemblable. C’est sans doute ce qui explique que malgré le fait que l’OMS ait classé l’épidémie au rang d’urgence mondiale, l’association Médecins sans frontières reste perplexe sur les moyens qui vont effectivement être débloqués au niveau mondial pour lutter contre l’épidémie.

    Il est à espérer qu’il ne faudra pas attendre le décès de personnes non africaines pour qu’une mobilisation à la hauteur de la dangerosité de ce virus soit effective...

    Lien permanent 1 commentaire
  • Le mercredi, jour du cinéma

    Imprimer

    Le mercredi coïncide avec la fin de l’exploitation au cinéma de plusieurs films et la sortie de nouveaux. L’occasion de parler de deux films vus très récemment (« Jimmy’s Hall » et « A long way down ») et de rappeler mon avis sur ceux que j’ai visionnés et qui sont toujours à l’affiche.

    photo 2.PNG3 étoiles (1) : « A long way down » : à la veille de Nouvel an, une ex- vedette la télévision (Pierce Brosnan, très bon) a décidé de se jeter du haut d’un building pour en finir avec la vie. Mais trois autres personnes ont eu la même idée. Renonçant provisoirement à leur plan, les quatre suicidaires font un pacte leur interdisant d’intenter à leur vie au moins jusqu’à la Saint-Valentin en veillant plus ou moins les uns sur les autres…

    Brossant tour à tour le portrait de ces quatre antihéros tantôt avec humour tantôt avec en tirant sur la corde (parfois un peu grosse), le film se laisse voir avec plaisir quand bien même le scénario est le plus souvent prévisible.


    photo 1.PNG3 étoiles : Jimmy’s Hall : Irelande, 1932. Jimmy Gralton revient au pays pour aider sa mère à s’occuper du domaine familial. Il a été contraint à l’exil aux Etats-Unis dix ans auparavant pour avoir eu des démêlés avec le pouvoir de l’époque et l’Eglise pour avoir eu des idées trop en avance sur son temps. Jimmy est, dès son retour, sollicité par une partie de la population pour rouvrir le fameux dancing (le « Hall » du titre), où l’on étudie et discute également, qui avait causé sa perte.

    Les choses ont-elles vraiment changé en dix ans ? Le pouvoir en place, même s’il a changé, est-il prêt à laisser plus de liberté à ses concitoyens ? Et l’Eglise catholique peut-elle tolérer de perdre un peu de son contrôle sur ses ouailles ?

    Le film (magnifique photographie) peine à démarrer, sans doute parce qu’il est difficile de s’attacher d’emblée aux personnages. Mais avec la tension qui augmente au fur et à mesure que le temps passe et les confrontations de plus en plus dramatiques entre les personnages, le film prend son envol et prend aux tripes jusqu’à la dernière image.

    Toujours à l’affiche

    4 étoiles : « Qu’est qu’on a fait au Bon Dieu ? » : qui n’a pas encore vu ce film (bientôt 11 millions d’entrée en France !) qui  manie avec bonheur, c’était pourtant casse-gueule, les pires clichés sur les Noirs, les Juifs, les Arabes, les Asiatiques et les Français petits bourgeois ? On y rit franchement de bon cœur et ça fait du bien. Une suite serait en préparation…

    3 étoiles : « L’homme qu’on aimait trop » : l’histoire débute en 1976 au moment où Agnès Leroux (Adèle Haenel) rentre d’Afrique auprès de sa mère Renée Leroux, propriétaire du Casino Le Palais de la Méditerranée à Nice (Catherine Deneuve) après l’échec de son mariage. Elle tombe follement amoureuse de Maurice Agnelet (Guillaume Canet), avocat au service de Renée Leroux, et est prête à tout faire pour lui. C’est ainsi qu’il la convint de voter contre sa mère au Conseil d’administration qui perd ainsi le contrôle du casino au profit de la mafia.

    Délaissée petit à petit par Maurice Agnelet, qui ne l’a jamais aimée, Agnès fait une tentative de suicide avant de disparaître en novembre 1977. Le corps ne sera jamais retrouvé. Persuadée que Maurice Agnelet a tué sa fille, Renée Leroux, aujourd’hui âgée de 92 ans, mènera pendant des décennies un combat avec la justice pour faire condamner le supposé meurtrier d’Agnès…

    Un peu lent à démarrer, le film va crescendo. Le spectateur est au fur et à mesure que l’action avance de plus en plus partie prenante du drame qui se déroule devant lui. Les acteurs principaux n’y sont bien évidemment pas pour rien. Catherine Deneuve est, comme d’habitude ou presque, impériale aussi bien comme patronne de casino que comme mère à la poursuite de la vérité.  Il faut la voir vieillie, claudicante, avec le masque de celle qui s’est battue pendant plus de 30 ans pour faire condamner celui qu’elle pense être le responsable de la mort de sa fille,  du grand art !

    3 étoiles : « Jersey Boys » : l’adaptation cinématographique par Clint Eastwood de la comédie musicale qui raconte l’histoire des « Four seasons », un groupe américain de quatre garçons, pas tous irréprochables, qui a connu le succès dans les années 60. C’est visuellement très beau, agréable pour les oreilles et le plus souvent plaisant malgré quelques longueurs dues au fait que le film court un peu trop de lièvres à la fois.

    3 étoiles : « The Grand Budapest Hotel » : l’histoire rocambolesque d’un concierge d’un grand hôtel dans l’Europe de l’entre deux-guerres. C’est kitsch à souhait, inventif, plein de personnages, très bien joués par de grands acteurs, plus dingues les uns que les autres et on n’y s’ennuie pas une seconde. Un plaisir instantané, car on oublie le film dès la sortie du cinéma, ou presque.


    (1) 5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

    Lien permanent 0 commentaire
  • Deneuve, la femme qu’on n’aimera jamais trop

    Imprimer

    photo.PNGA l’affiche du dernier film d’André Téchiné, « L’homme qu’on aimait trop », Catherine Deneuve joue, d’après une histoire vraie, le rôle de Renée Leroux, propriétaire du Casino Le Palais de la Méditerranée à Nice.

    L’histoire débute en 1976 au moment où Agnès Leroux (Adèle Haenel) rentre d’Afrique auprès de sa mère après l’échec de son mariage. Elle tombe follement amoureuse de Maurice Agnelet (Guillaume Canet), avocat au service de sa mère, et est prête à tout faire pour lui. C’est ainsi qu’il la convint de voter contre sa mère au Conseil d’administration qui perd ainsi le contrôle du casino au profit de la mafia.

    Délaissée petit à petit par Maurice Agnelet, qui ne l’a jamais aimée, Agnès fait une tentative de suicide avant de disparaître en novembre 1977. Le corps ne sera jamais retrouvé. Persuadée que Maurice Agnelet a tué sa fille, Renée Leroux, aujourd’hui âgée de 92 ans, mènera pendant des décennies un combat avec la justice pour faire condamner le supposé meurtrier d’Agnès…

    Un peu lent à démarrer, le film va crescendo. Le spectateur est au fur et à mesure que l’action avance de plus en plus partie prenante du drame qui se déroule devant lui. Les acteurs principaux n’y sont bien évidemment pas pour rien. Catherine Deneuve est, comme d’habitude ou presque, impériale aussi bien comme patronne de casino que comme mère à la poursuite de la vérité.  Il faut la voir vieillie, claudicante, avec le masque de celle qui s’est battue pendant plus de 30 ans pour faire condamner celui qu’elle pense être le responsable de la mort de sa fille, du grand art !

    Toujours à l’affiche :

    4 étoiles : « On a failli être amies » : l’histoire de Maïté, formatrice pour adulte sans véritable but, et de Carole, patronne d’un restaurant qui ne sait plus trop où elle en est,  qui vont se lier d’amitié, enfin pas vraiment ! Karin Viard et Emmanuelle Devos sont parfaites, les dialogues sont excellents, les personnages creusés. On rit parfois à gorge déployée (le fauconnier, irrésistible !) et parfois jaune. Un très bon moment.

    4 étoiles : « Locke » : Ivan Locke a tout pour être heureux, apparemment. Un coup de fil va remettre en question ce bel équilibre. L’action du film se déroule en temps réel et entièrement dans la voiture dans laquelle est enfermé (le personnage ne s’appelle pas « Locke » par hasard) le héros joué avec brio par Tom Hardy qui réalise une performance d’acteur remarquable. Sa voix, comme la musique du film d’ailleurs, est envoutante ! Il le fallait pour maintenir l’intérêt du spectateur dans ce film sans filet ! Au gré des nombreux coups de fil (un peu trop, le film pourrait faire 10 minutes de moins sans qu’il en souffre), on en apprend toujours un peu plus sur le personnage qui durant le trajet va régler ses comptes avec le passé tout en mettant en danger son présent et son futur. Brillant !

    4 étoiles : « Qu’est qu’on a fait au Bon Dieu ? » : qui n’a pas encore vu ce film (bientôt 11 millions d’entrée en France !) qui  manie avec bonheur, c’était pourtant casse-gueule, les pires clichés sur les Noirs, les Juifs, les Arabes, les Asiatiques et les Français petits bourgeois ? On y rit franchement de bon cœur et ça fait du bien. Une suite serait en préparation…

    3 étoiles : « Jersey Boys » : l’adaptation cinématographique par Clint Eastwood de la comédie musicale qui raconte l’histoire des « Four seasons », un groupe américain de quatre garçons, pas tous irréprochables, qui a connu le succès dans les années 60. C’est visuellement très beau, agréable pour les oreilles et le plus souvent plaisant malgré quelques longueurs dues au fait que le film court un peu trop de lièvres à la fois.

    3 étoiles : « The Grand Budapest Hotel » : l’histoire rocambolesque d’un concierge d’un grand hôtel dans l’Europe de l’entre deux-guerres. C’est kitsch à souhait, inventif, plein de personnages, très bien joués par de grands acteurs, plus dingues les uns que les autres et on n’y s’ennuie pas une seconde. Un plaisir instantané, car on oublie le film dès la sortie du cinéma, ou presque.

    Lien permanent 0 commentaire