Air du temps - Page 3

  • La promotion du vélo, un enjeu sanitaire

    Imprimer

    Le déconfinement progressif, à partir de lundi prochain, questionne, notamment, sur la manière dont les personnes vont se déplacer. Pas besoin d’être divin pour anticiper le fait que les transports publics ne vont pas être pris d’assaut en raison de la proximité qui y règne. Comment respecter, en effet, la fameuse distance sociale dans un tram bondé?

    Et vu l’incertitude sur l’utilité du masque, encore faut-il en avoir, il est fort probable que celles et ceux qui le pourront, se déplaceront autrement. Certains vont se rendre compte que leur lieu de travail n’est finalement pas si loin à pied, d’autres que le vélo est la meilleure solution et enfin, et c’est là que le bât blesse, les derniers vont être tentés de reprendre la voiture qu’ils avaient délaissée au profit des transports publics se sentant, et on peut le comprendre, plus en sécurité. 

    Cette crainte, le Conseiller d’Etat Serge Dal Busco ne l’a d’ailleurs pas cachée lors d’une interview accordée au téléjournal de jeudi soir. Mais on se serait attendu à l’entendre dire ce qu’il allait mettre en œuvre pour promouvoir la mobilité douce, et tout spécialement le vélo dont il n’a même pas prononcé le mot.

    C’est pourtant le moment idéal, dans le contexte sanitaire que nous connaissons, de prendre des mesures fortes pour encourager celles et ceux qui se déplaceraient bien à vélo, mais qui n’osent pas le faire par crainte des dangers du trafic. Les déplacements à vélo ont d’ailleurs nettement augmenté ces dernières semaines, ce n’est pas un hasard. Profitons de cet élan! 

    Pourquoi ne pas fermer, à l’essai, des voies de circulation aux voitures en les réservant aux vélos? On tient là l’occasion, en plus la saison s’y prête, de faire évoluer durablement nos déplacements en respectant notre environnement et de tirer, ainsi, quelque chose de positif de cette période difficile que nous traversons.

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • En attendant les résultats du second tour

    Imprimer

    IMG_0462.JPGA cause de qui vous savez (oui, c'est devenu le personnage, bien qu'invisible, hélas incontournable de nos vies actuellement), il va falloir attendre jusqu'à mardi soir pour avoir le résultat des Exécutifs des 21 communes dont le sort n'était pas déjà joué au soir du premier tour. 48 heures de plus ou de moins, ça ne change au final pas grand-chose. Et c'est en tout cas toujours mieux que si ces élections avaient été repoussées aux calendes grecques, ce qui aurait posé encore plus de problèmes à nos instances politiques qui n'en mènent déjà pas large actuellement, spécialement du côté du législatif qui tarde à reprendre son rôle essentiel de contrôle de l'exécutif. Il n'est jamais bon, même, et surtout, en tant de crise de laisser les gouvernements agir à leur guise, même si leurs décisions paraissent faire sens.

    Mais pour en revenir au maintien de ce second tour malgré la polémique, on peut penser que les citoyennes et citoyens de ce canton ont soutenu la décision du Conseil d'Etat puisqu'ils et elles ont bravé les conditions particulières de ce scrutin en y participant de manière tout à fait correcte en comparaison avec d'autres élections municipales (ce qui ne veut bien évidemment pas dire que l'on doive se réjouir d'une participation aussi basse à chacune des élections municipales). Il ne reste donc plus qu'à attendre tranquillement mardi soir pour connaître les élu.e.s qui auront la tâche de diriger les 21 communes, à l'Exécutif pas encore renouvelé, ces cinq prochaines années.

    La patience n'est-elle pas la mère de toutes les vertus?

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Le 5 avril : Transition écologique et justice sociale !

    Imprimer

    IMG_0508.jpgEn cette période difficile, nos pensées vont à celles et ceux qui luttent pour maintenir à flot nos institutions et sont au front pour faire fonctionner notre système de santé ainsi que notre approvisionnement et notre sécurité.

    Nos pensées vont également à toutes celles et ceux qui sont touché·e·s dans leur santé par le virus ainsi qu’à leurs proches. Malgré la situation extrême dans laquelle nous nous trouvons, le 2ème tour des élections au Conseil administratif est maintenu. Plus que jamais il est important de nommer des représentant·e·s à la hauteur des enjeux. Dès lors, les 4 candidat·e·s Sami Kanaan, Frédérique Perler, Christina Kitsos et Alfonso Gomez se présentent en Ville de Genève sur la liste n°1.

    Elles et ils s’engagent à agir concrètement en matière de justice sociale, d’égalité et de lutte contre les changements climatiques. Elles et ils portent les valeurs de solidarité, d’inclusion et de participation.

    Dès aujourd’hui, nous devons agir ensemble pour soutenir notre collectivité sur tous les plans face à l’urgence, tout en nous préparant aux conséquences de la crise. Nous devons agir et penser à tous les défis sociaux, environnementaux et économiques auxquels il nous faudra donner une réponse solidaire et engagée !

    Seule une équipe soudée sera en mesure de gérer cette situation exceptionnelle.
    Ne manquez pas ce rendez-vous démocratique.
    Le 5 avril, faites entendre votre voix !

    Votez la liste 1 : Sami Kanaan, Frédérique Perler, Christina Kitsos et Alfonso Gomez

    Programme et candidat·e·s :
    https://noussommesvertes2020.ch/
    https://2020.ps-geneve.ch

    Lien permanent Catégories : Air du temps 3 commentaires
  • Des défis majeurs pour les villes

    Imprimer

    3D9B6D92-3B19-43FE-9564-C12C39D4BCF2.jpegLes villes sont l’échelon institutionnel le plus proche des habitant·e·s. Paradoxalement, elles ont peu de compétences décisionnelles, en particulier à Genève. Leur force et leur légitimité se trouvent dans l’action de proximité pour renforcer la cohésion sociale et l'inclusion de toutes les composantes de la population. Cet équilibre se concrétise également par un aménagement urbain respectueux du cadre de vie des gens.

    Aux défis de justice sociale s'ajoutent ceux générés par les dérèglements climatiques.

    Ses effets néfastes ont un fort impact sur les populations urbaines ; davantage encore sur les personnes défavorisées sur le plan socioéconomique.

    Les villes doivent préserver et consolider leurs compétences, leurs ressources et leur capacité de mobilisation et d’innovation pour faire face à ces enjeux. A elles également d’interpeller fortement les échelons institutionnels supérieurs, ainsi que le secteur privé lorsque c’est pertinent.

    Les candidat·e·s au Conseil administratif socialistes et vert·e·s Sami Kanaan, Frédérique Perler, Christina Kitsos et Alfonso Gomez s’engagent pour une Ville qui réalise la transition écologique tout en renforçant la justice sociale, favorise la diversité ainsi que la lutte contre toutes les formes de discriminations, et développe une approche participative avec les habitant·e·s et la société civile. Pour concrétiser ces engagements, elles et ils entendent pratiquer une gestion collégiale, transparente, innovante et rigoureuse. 

    Elles et ils s’appuient sur une administration forte, engagée et motivée, dans un climat de confiance mutuelle. Enfin, les partenariats doivent être renforcés, tant avec les associations, les autres communes genevoises, et le Canton, que dans le cadre plus large de la région.

    Les programmes respectifs des Vert·e·s et des Socialistes sont très proches et complémentaires. Ils indiquent de manière détaillée l’action que nous voulons mener dans les différentes politiques publiques afin de relever les défis sociaux et écologiques auxquels est de toute urgence confrontée la Ville de Genève. Le 15 mars, aux élections municipales, votez la liste 1 !

    Programme commun complet des candidat·e·s au Conseil administratif socialistes et vert·e·s: 

    https://www.verts-ge.ch/images/stories/Verts_ville/Images/PSVert.e.s_Programme_Commun.pdf

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Lettre à l’UDF

    Imprimer

    IMG_9249.PNGChère UDF,

    Grâce à ta récolte mensongère de signatures, le peuple suisse a pu s’exprimer ce dimanche sur l’extension de la norme pénale antiraciste aux actes homophobes. Et il l’a soutenue à plus de 63%, ce qui est un score remarquable pour un référendum ! Merci donc d’avoir permis de montrer la maturité du peuple suisse sur cette question sensible.

    Mais soyons francs, quand les partisans de l’extension de cette norme, et tout particulièrement dans leur très grande majorité les personnes concernées, ont su qu’ils devraient se battre pour une chose qui paraissait évidente – la maturité d’une société se reconnaît à sa capacité à protéger ses minorités – ils et elles n’ont pas sauté au plafond. Il fallait mettre une campagne en place, en sachant que les personnes lesbiennes, gays et bisexuelles devaient avant tout devoir compter sur elles-mêmes, trouver des fonds et, surtout, se préparer à affronter ce monstre de l’homophobie qui ne demande qu’à se réveiller à la première occasion en prenant différentes formes plus ou moins avouables telles que la religion, la liberté d’expression ou encore le « et après, ce sera au tour de qui ? » avec des amalgames immondes.

    De ce point de vue-là, il n’y a guère eu de surprises, à tel point d’ailleurs que j’ai décidé, exceptionnellement, de fermer les commentaires sur mon blog en fin de campagne, ayant laissé suffisamment de place aux homophobes anonymes, ils ne sont pas courageux, pour s’exprimer, mais également pour me protéger, les écrits, même quand on y est préparé, pouvant finir par blesser.

    Mais ça, c’est le revers de la médaille, car de l’autre côté, elle a brillé de mille feux : un formidable engagement au travers de tout le pays de nombreuses personnes concernées par cette extension, elles-mêmes souvent soutenues par leur famille, leurs ami.e.s, leurs collègues, mais aussi par des personnes pour lesquelles la haine n’est pas une opinion. Cette belle énergie a également eu des répercussions sur la récolte de fonds qui a donné d’excellents résultats. Une belle campagne, vraiment. Et un bel élan, grâce à toi, pour le prochain défi qui se profile à l’horizon : le mariage civil égalitaire pour toutes et tous que tu ne manqueras pas, bien évidemment, de combattre.

    Dans cette attente, je t’adresse, chère UDF, mes remerciements pas vraiment sincères, pour cette belle campagne qui, sans toi, n’aurait pas pu avoir lieu !

    Lien permanent Catégories : Air du temps 10 commentaires